Marc Ladreit de Lacharrière
Radar/Automoto : Denis Brogniart se défend face à la polémique

Radar/Automoto : Denis Brogniart se défend

Télécharger en PDF

La polémique autour de Denis Brogniart n’en finit pas. Le présentateur d’« Automoto » est accusé d’avoir poussé deux policiers à la faute pour son reportage.

Dans celui-ci, diffusé en novembre 2012 sur TF1, deux policiers, visages masqués, recouvraient d’un sac plastique un radar routier pour le rendre inopérant. Le but était de dénoncer la politique du chiffre imposée aux policiers par le ministre de l’Intérieur. Sauf que les deux agents ont été identifiés, des moyens impressionnants ayant été mis en œuvre pour cela. Le 12 avril 2013, Denis Brogniart a même été auditionné par l’IGPN, la « police des polices ».

Depuis, il s’est dit que l’animateur avait « poussé à la faute » les deux policiers, avant de donner leurs noms aux autorités lors de son interrogation. Une version démentie par le journaliste. Sur RTL, il confie : « Je ne les ai pas contactés. Ce sont eux qui sont venus me voir grâce à un autre journaliste qui avait écrit un livre sur les radars. » Argument implacable selon lui : « J’ai été entendu le 19 avril, sachant que les 3 policiers ont été placés en garde à vue le 20 mars, soit un mois avant. »

Et Denis Brogniart de confesser : « J’avais conscience de participer à quelque chose de hors-la-loi mais j’ai été touché par ce que les policiers voulaient montrer. » Ces derniers auraient été « retrouvés par la direction générale de la police nationale (DGPN), qui a fait une enquête à travers les écoutes téléphoniques. » Il conclut : « J’ai fait mon travail de journaliste. J’ai l’impression qu’on bafoue ce que j’ai pu faire. »

Crédit photo : capture d’écran vidéo RadioRTL via Youtube

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook