Rachida Dati s’emporte contre certains « tocards » de journalistes

Rachida Dati s’emporte contre certains « tocards » de journalistes

Télécharger en PDF

Invitée de Jean-Jacques Bourdin sur BFMTV vendredi dernier pour parler de l’affaire Sarkozy, Rachida Dati s’est élevée contre la régulière violation du secret de l’instruction par certains journalistes.

« La violation du secret de l’instruction permet à la presse en toute impunité de publier des informations incomplètes, erronées, ou sous couvert d’anonymat ou de ragots, et on publie ça au mépris de la loi et des personnes concernées », a estimé l’ancienne ministre de la justice. Et de poursuivre, exemple à l’appui : « Si votre voisin est assassiné. Vous pouvez être entendu comme témoin. Ça arrive tous les jours. Et si demain vous souhaitez une promotion, une décoration ou un prix, et que, opportunément, la presse dit : ‘Monsieur Bourdin a été entendu dans une affaire d’assassinat’. Ça veut dire : ‘Monsieur Bourdin est mis en cause dans une affaire d’assassinat’. Et donc là c’est grave parce que les effets sont dévastateurs. »

Et Mme Dati de durcir le ton : « C’est comme certains de vos confrères qui n’ont de journaliste que le nom. Alors moi, ces tocards-là, j’en ai soupé, je ne les supporte plus ! » Et l’ancienne garde des Sceaux, visiblement très remontée, sait de quoi elle parle : « Ils vous appellent et disent : ‘Allo, bonjour Madame Dati. Il paraît que vous avez fait ça. Non, c’est faux. Alors, ou vous nous donnez une interview pour démentir ou sinon on l’écrit’. »

« Voilà ce que font certains de vos confrères », a-t-elle conclu. Le message est passé.

Crédit photo : capture d’écran vidéo BFMTV (DR)

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook