A la une
Qui possède vraiment Libé ?

Qui possède vraiment Libé ?

Télécharger en PDF

Dans Les patrons de la presse nationale. Tous mauvais, aux éditions La Fabrique, Jean Stern note que le quotidien Libération est contrôlé à 100% par la holding financière SAIP (Société anonyme Investissements Presse), elle-même contrôlée à 94,99% par la holding Refondation dont on ignore qui la possède, les seuls actionnaires identifiés étant Édouard de Rothschild via sa holding personnelle, Financière Jean Goujon (26%) et la famille Caracciolo (22%) qui possède en Italie La Repubblica et L’Espresso.

Logée dans une société de domiciliation au 66, avenue des Champs-Élysées, Refondation affiche un capital de 26 millions d’euros et compte « beaucoup de figures éminentes de la banque Rothschild et Cie » dans son conseil d’administration, rien qui puisse aiguiller l’observateur attentif quant à l’identité du ou des propriétaires des 52% restant. La faute à la holding intermédiaire, SAIP, qui « fait écran entre Refondation et la SARL Libération ». « Même les salariés et les élus (du personnel, ndlr) de Libération ignorent la composition exacte de son capital », s’étonne Jean Stern. Tout juste savent-ils que Pathé, Suez et Bernard-Henri Lévy en sont sortis. L’identité des remplaçants est un mystère. L’ancien journaliste de Libération et de La Tribune cite un élu du personnel : « Refondation, c’est le black-out complet » et résume, affligé : « Voilà donc une holding qui contrôle 94,99% d’un des derniers quotidiens parisiens dans une obscurité à peu près totale. »

Voir l’entretien de l’Ojim avec Jean Stern

Voir notre infographie sur Libération

Crédit photo : montage Ojim (cc)

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook