« Quel avenir pour la presse »

« Quel avenir pour la presse »

Télécharger en PDF

Les mercredis de la Documentation Française
Présidé par Xavier Patier, animé par Guillaume Roquette

L’OJIM était invitée à la table ronde animée par Guillaume Roquette, nouveau directeur de la rédaction du Figaro Magazine, et organisée le 26 septembre par la Documentation Française. Un représentant de la PQR (presse quotidienne régionale), l’auteur du rapport Journalisme2.0, Laurent Joffrin du Nouvel Observateur, un professeur de l’université de Montréal et Alain Beuve-Méry Président de la Société des rédacteurs du Monde complétaient le tableau des intervenants.

Un constat : les aides directes et indirectes de l’État à la presse écrite sont supérieures à un milliard d’Euros par an et comptent – suivant les titres – entre 10% et 30% de ses revenus. La presse écrite est sous perfusion constante. La presse nationale perd des lecteurs sur sa partie papier chaque année. Elle gagne des lecteurs sur internet.

Le modèle économique est-il au rendez-vous ? À côté des « pure players » Internet (Médiapart, Atlantico, fdesouche, Rue89 qui vient d’être racheté par le groupe le Nouvel Observateur) la presse écrite de référence gagne des lecteurs sur ses différents sites. Mais sur le plan publicitaire un lecteur internet rapporte DIX FOIS MOINS qu’un lecteur papier. D’où l’apport de nouveaux acteurs économiques, la Banque Lazard pour Le Monde, la banque Rotschild pour Libération.

La presse est-elle de meilleure qualité ? Sur internet et sur internet seulement elle est plus diverse. Le journaliste de la presse nationale doit devenir « bi », écrire pour le papier et pour le site, il a de moins en moins de temps et d’argent pour réfléchir et faire de l’investigation. Ses actionnaires économiques par ailleurs conduisent à une autocensure sur les sujets délicats. La PQR a d’autres contraintes : ses annonceurs de proximité qu’il lui est difficile de critiquer malgré ses 35000 correspondants locaux.

Point d’orgue : l’avenir de Prestaliss, la société qui distribue la presse nationale, n’est pas assuré. Arc-boutés sur leur statut (très protégé et fort privilégié) les salariés de Presstalis font grève sur grève. Le plan social en préparation prévoit 1000 licenciements sur 2000 employés. Un autre point noir pour la presse nationale.

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook