Le Maire de Puteaux a-t-elle un problème avec la presse ?

Puteaux : Mme le Maire a-t-elle un problème avec la presse ?

Le Maire de Puteaux a-t-elle un problème avec la presse ?

Télécharger en PDF

Joëlle Ceccaldi-Raynaud, maire UMP de Puteaux, a-t-elle un problème avec la presse ? C’est ce que croit l’un de ses principaux opposants, Christophe Grébert, du Modem.

L’élu démocrate fait en effet état, lundi dernier sur son blog, d’une étrange affaire : la mairie aurait usé de son droit de préemption pour racheter un tabac-presse situé dans le haut de la ville. Jusqu’ici, rien de surprenant. Sauf que le but de Joëlle Ceccaldi-Raynaud, par ailleurs présidente de l’EPADESA (anciennement EPAD), ne serait pas de pérenniser ce commerce… mais de le fermer. Le propriétaire, qui avait déjà un repreneur et avait signé un contrat avec ce dernier, a donc vu ses projets s’effondrer au tout dernier jour de la période légale de préemption (2 mois). Il doit ainsi revendre son tabac-presse à la mairie pour un prix nettement inférieur.

« La mairie invoque la « sauvegarde de la diversité du commerce ». Mais le marchand de journaux avait vendu … à un autre marchand de journaux ! Le motif est donc faux », s’est indigné Christophe Grébert sur son blog. Selon lui, la mairie « disposera donc fin juillet d’un local vendu avec le contrat d’un employé qu’elle devra payer… à ne rien faire. Le commerce restera fermé… au minimum durant de longs mois, même si un repreneur était finalement trouvé. » Il poursuit : « C’est une catastrophe pour le commerce du quartier déjà un péril et pour les habitants qui devront aller à La Défense pour aller acheter leurs journaux, leur tabac et leur loto. »

Et ce dernier de rappeler qu’en 2011, madame le maire avait fait racheter tous les exemplaires du Canard Enchaîné de la ville pour éviter que les habitants ne puissent lire un article l’accusant d’avoir un compte caché au Luxembourg. Elle avait également fait stopper l’abonnement de la bibliothèque municipale concernant plusieurs journaux classés à gauche.

« De là à penser que Joëlle Ceccaldi n’aime pas la presse… Le résultat est là : il n’y a plus un seul marchand de journaux sur la moitié haute de la ville », conclut l’élu Modem.

Voir aussi : Censure à la médiathèque de Puteaux ?

Crédit photo : Sanao via Wikimedia (cc)

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook