PSG-OM : Quand L’Équipe joue un double jeu

PSG-OM : Quand L’Équipe joue un double jeu

PSG-OM : Quand L’Équipe joue un double jeu

Télécharger en PDF

Comment vendre son journal à deux types de lectorat différents pour un contenu identique ? Le journal L’Équipe a trouvé la solution.

Après la victoire du Paris Saint-Germain sur l’Olympique de Marseille ce dimanche, L’Équipe titrait, pour ses journaux mis en vente dans la capitale : « Paris met l’OM à genoux ». Pour ceux vendus à Marseille, la Une est légèrement plus douce : « Marseille méritait mieux ». Si le contenu du journal est identique, c’est bel et bien deux Unes différentes qui se sont retrouvées à Paris et à Marseille le lendemain de la rencontre. On recense même une version lyonnaise, mettant en avant un tout autre sujet : la victoire de l’Olympique Lyonnais.

Pour Fabrice Jouhaud, le directeur des rédactions du quotidien sportif, il n’y a aucun problème, ce procédé étant même utilisé couramment, « dès que l’actualité sportive s’y prête » explique-t-il à Arrêt sur Images. Mais Daniel Schneidermann ne l’entend pas de cette oreille : « Ces deux manchettes n’ont pas pour fonction d’informer, mais de plaire, de consoler, d’offrir au lecteur exactement la caresse qu’il attend. Imagine-t-on, après une même manif, une même grève, le même journal titrer, selon les kiosques et les quartiers, sur son succès ou son échec ? Le même journal soutenir ou canonner la même réforme gouvernementale, en fonction des points de vente ? »

L’objectif est donc clair pour L’Équipe : vendre plus à tout prix… et en dépit de toute déontologie.

Crédit photo : DR

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook