Presstalis : Le Figaro VS la CGT

Presstalis : Le Figaro VS la CGT

Presstalis : Le Figaro VS la CGT

Télécharger en PDF

Trop, c’est trop. Selon Le Figaro de jeudi, « le syndicat du livre SGLCE-CGT a bloqué la parution des quotidiens plus de trente fois depuis l’annonce d’un plan de restructuration de Presstalis en septembre, n’hésitant pas à user de l’intimidation physique et à détruire des journaux ».

Presstalis, qui distribue l’intégralité des quotidien, s’était en effet engagé à supprimer la moitié de ses (sur)effectifs surpayés (en comptant les diverses primes, entre 4 200 et 5 500 euros brut mensuels pour les ouvriers, entre 5 700 et 7 100 euros pour l’encadrement, affirme Le Figaro) en trois ans, alors qu’en dix ans, le volume de journaux à acheminer chaque jour a diminué de 25%. D’où ces grèves de distribution qui font perdre aux éditeurs 300 000 euros par jour de non-parution et mettent en péril les quotidiens les plus fragiles comme Libération ou L’Humanité. Face aux destructions de journaux et aux violences des syndicalistes, ils n’osent pas déposer plainte (à cause des mesures de rétorsion) ni quitter Presstalis (un seul départ serait fatal à l’entreprise) tandis que les autres logisticiens sont terrorisés à l’idée de remplacer l’actuel prestataire donc de devoir affronter la colère des ouvriers du livre.

Très remonté par ces révélations, le syndicat du livre SGLCE-CGT répond au Figaro en ces termes : « Devant un tel tissu de mensonges et tant d’inepties, nous pourrions raisonnablement penser que la première salle de shoot a vu jour au 14 boulevard Haussmann, siège du Figaro et que Monsieur Enguérand Renault, auteur dudit article, en est un membre consommateur actif. » Serge Dassault y est violemment attaqué (« celui qui a été condamné d’inégibilité »,« marchand d’armes », « celui qui tient un discours aux relents homophobes »), Enguérand Renault aussi (« vassal »,« chien de garde », « valet », « domestique » de Dassault). Le point Godwin est même atteint puisque la CGT affirme que le père du propriétaire du Figaro « fut sauvé du camp de la mort de Buchenwald par Marcel Paul, membre du Parti communiste et de la CGT ».

Crédit photo : capture d’écran site LeFigaro.fr

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook