Presstalis à l’agonie

@Causeur : "France Inter aux Français !" https://t.co/DUBTZGnK9a

L’histoire de Presstalis qui distribue entre autres les quotidiens nationaux se terminera forcément mal.

Presstalis à l’agonie

Télécharger en PDF

Presstalis à l’agonie, les kiosquiers condamnés par des grèves

Vous n’avez pas trouvé Le Monde daté du 10 octobre « en raison d’un mouvement national de grève, Le Monde ne sera pas disponible en kiosque » (communiqué du monde.fr du 9 octobre 2012. D’ailleurs vous n’aviez pas trouvé le même journal il y a deux semaines le jour du Monde des livres. Mais vous ne trouverez pas plus Le Figaro ou Libération le mercredi 10 octobre car Presstalis est de nouveau en grève.

Presstalis, ses 200 millions de déficits accumulés, ses 24 millions de pertes sur le dernier exercice, son « armée sud-américaine où les généraux sont aussi nombreux que les soldats » (Le Monde Libertaire). Ses salaires moyens de 2 600 € NETS et sur quatorze mois. L’histoire de Presstalis qui distribue entre autres les quotidiens nationaux se terminera forcément mal. Entretemps une nouvelle grève dont sont victimes les journaux déjà mal en point et les plus pauvres, les kiosquiers.

Les kiosquiers (360 à Paris) sont les vraies victimes du Syndicat du Livre. Les kiosquiers sont travailleurs indépendants et rétribués à la commission (22 %). Par tous les temps, ils réceptionnent la presse très tôt le matin, la disposent, la vendent et remballent les invendus le soir. Dernier maillon de la chaîne, ils sont les parents pauvres de la profession. Le syndicat CGT du Livre scie consciencieusement la branche sur laquelle tous sont assis. Une affaire à suivre car la restructuration et les 1250 licenciements annoncés ne se feront sans doute pas dans le calme.

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook