Presse écrite : 5 milliards d’euros de subventions

Presse écrite : 5 milliards d’euros de subventions

Presse écrite : 5 milliards d’euros de subventions

Télécharger en PDF

Le rapport public annuel 2013 de la Cour des comptes publié ces jours-ci estime les aides directes et indirectes accordées à la presse écrite entre 2009 et 2011 à… 5 milliards d’euros !

Au terme des états généraux de la presse convoqués par Nicolas Sarkozy en 2008, un plan d’aide à la presse écrite avait été décidé pour la période 2009-2011 qui avait conduit à un doublement des dépenses de l’État en faveur de la presse écrite.

La presse bénéficie en effet d’aides directes : aides à la diffusion (transport postal, portage, réductions de tarif SNCF, etc.), aides au pluralisme, aides à la modernisation (financement des abonnements jeunes 18-24 ans, aides aux diffuseurs, etc.), développement des services et des entreprises…

Mais elle bénéficie également d’aides indirectes : subvention Poste pour distribution de la presse en zone peu dense, investissement publicitaire dépensé par l’État, exonération de charges sociales pour les colporteurs, déduction forfaitaire de frais professionnels de 7600 euros par an pour les journalistes, etc… et surtout taux « super réduit » !

Les Français l’ignorent le plus souvent mais la presse est en effet soumise à un taux de TVA particulièrement léger puisqu’il est de… 2,1%. A côté du « taux normal » à 19,6% applicable à la plupart des biens et des services vendus, et à côté du « taux réduit » (5,5 ou 7%) réservé aux produits de première nécessité, il existe un taux dit « super réduit » à 2,1% dont bénéficient les ventes de presse écrite… mais non les médias présents sur Internet, soumis, eux, au taux de 19,6%.

« Sur la période 2009-2011, le plan d’aide s’est donc traduit par plus de 450 millions d’euros de dépenses budgétaires supplémentaires. En prenant en compte le coût de l’avantage du taux de TVA à 2,1% par rapport au taux normal de TVA à 19,6%, le total cumulé des aides directes et indirectes accordées au secteur de la presse écrite sur cette même période peut être estimé à 5 milliards d’euros », écrit la Cour des comptes sans ambigüité.

Sachant que le chiffre d’affaire global du secteur de la presse est de 9,6 milliards par an, soit environ 30 milliards sur trois ans, les aides représentent ainsi 18% de ce chiffre d’affaire, ce que Benjamin Dormann avait du reste déjà calculé dans son excellent livre Ils ont acheté la presse (Jean Picollec, 2012).

Au vu de ce chiffre, la question qui se pose est la suivante : de quelle marge de liberté dispose-t-on pour critiquer celui qui nous nourrit ? La défiance des Français vis-à-vis de la presse, qui ne fait que s’accroître, apporte un élément de réponse…

Crédit photo : TouN via Wikimedia (cc)

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer ! Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication.
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait.
En donnant 200 euros vous financez un dossier.
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.
Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook