Première grève pour Bernard Tapie

Première grève pour Bernard Tapie

Première grève pour Bernard Tapie

Télécharger en PDF

Une nouvelle épine dans le pied de Bernard Tapie. L’homme d’affaires croyait pouvoir vendre tranquillement le quotidien Les Nouvelles calédoniennes, acheté en même temps que les autres titres du groupe Hersant, à un « investisseur local ». Raté ! Les journalistes, craignant pour leur indépendance, se sont mis en grève.

Dans une lettre au premier ministre et au ministre de la culture, ils expliquent que « longtemps sous la coupe d’hommes politiques, Les Nouvelles calédoniennes, seul quotidien de l’archipel, a reconquis ces dernières années une neutralité éditoriale que défendent au quotidien les journalistes. Un retour en arrière correspondrait à un déni de la démocratie, une insulte envers la population calédonienne ».

Mais ce qui gène les journalistes locaux, c’est que contrairement à leurs confrères de métropole, ils ne bénéficient pas, eux, d’une clause de cession, qui pourrait leur permettre de quitter un journal dont ils ne partagent plus la ligne éditoriale, dans des conditions financières plutôt intéressantes. Et bien que le droit du travail soit désormais de la compétence des élus locaux, ils en appellent au gouvernement pour combler ce « vide juridique » !

Bien entendu, la direction « regrette la décision des journalistes, d’autant que la dernière proposition présentait des avancées substantielles proches de leurs attentes en reconnaissant leur droit à exercer à leur initiative la rupture du contrat de travail et avec des conditions financières proches de celles appliquées en métropole ».

En attendant, la grève se poursuit.

Sources : 20 minutes, Les Nouvelles calédoniennes

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook