Olivier Siou contre « la vermine raciste »
Pourquoi Ouest-France bétonne

Pourquoi Ouest-France bétonne

Télécharger en PDF

Le groupe breton va construire de nouveaux bâtiments à son siège dans la banlieue de Rennes. Il y rapatriera ses commerciaux en 2018.

D’ici 12 à 18 mois, les marteaux piqueurs et autres grues devraient faire une entrée en force dans l’enceinte de Chantepie où est basé Ouest-France. S’y installera un demi-millier de salariés issus de la régie publicitaire Precom et de la web agency du groupe. Ces derniers sont actuellement éparpillés sur trois sites différents au centre de la capitale bretonne.

Après la fusion en janvier au plan juridique de ces deux entités commerciales sous la bannière Addity, leur déménagement en un même lieu, au cœur du réacteur nucléaire d’Ouest-France, est censé leur assurer une meilleure efficacité et une cohérence accrue. Matthieu Fuchs, le gendre du PDG de Sipa Ouest-France, François-Régis Hutin, pilote désormais la nouvelle grande régie. La volonté de faire des économies est aussi à prendre en compte dans ces grandes manœuvres. Ouest-France, tout en capitalisant, évitera d’ici deux ans de payer des loyers onéreux dans le centre-ville rennais.

Le géant regroupe ses troupes dans une conjoncture économique contrastée. Les recettes numérique, encore marginales, peinent à se substituer à la baisse de la diffusion du quotidien (-3,1% en 2015). À plus de 700 000 exemplaires par jour, cette dernière reste toutefois colossale, et de loin la plus importante de l’ensemble des quotidiens hexagonaux. Idem au plan publicitaire, également en recul. Du coup, le chiffre d’affaires total, environ 300 millions d’euros en 2015, s’effrite chaque année. Un plan de départ volontaire de 70 personnes a été déclenché en 2014, permettant à Ouest-France d’être bénéficiaire sur trois ans.

La situation risque en revanche de se détériorer à nouveau à partir de 2017-2018. Elle pourrait se traduire par de nouveaux départs au sein du journal qui emploie 1000 salariés, pronostique un haut cadre en interne. Cette fragilité à brève échéance est encore plus prégnante du fait des incertitudes qui pèsent au plan de la gouvernance. À bientôt 87 ans, Hutin n’a toujours pas désigné officiellement son successeur.

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook