Pourquoi le ton des journalistes est-il si ridicule ?

Pourquoi le ton des journalistes est-il si ridicule ?

Pourquoi le ton des journalistes est-il si ridicule ?

Télécharger en PDF

20minutes.fr s’est posé une question existentielle : pourquoi le ton employé par les journalistes est-il si étrange, voire ridicule ?

Pour y répondre, le quotidien est allé interroger les responsables des principales écoles de journalisme. « Ce n’est pas nous ! » scandent-ils en cœur, affirmant qu’ils tentent au maximum d’éviter à leurs élèves de prendre ce ton formaté. Marlène Anconina-Mazaud, la consultante « voix et expression orale » de l’École supérieure de journalisme (ESJ), avance qu’il s’agit peut-être d’une volonté des chaînes ou des producteurs, mais ces derniers nient toute responsabilité. L’un d’entre eux opte pour une « espèce de modulation historique ».

« Je pense qu’il y a une question de mimétisme. C’est une espèce de retour du refoulé, lorsqu’ils arrivent dans les rédactions, les étudiants pensent que pour faire pro, il faut faire ce qu’ils estiment être comme tout le monde », affirme Olivier Siou du Centre de Formation des Journalistes (CFJ). Quoi qu’il en soit, celui-ci pense que « cela va changer », estimant qu’avec « le ronronnement imposé par les chaînes infos, ceux qui vont se distinguer seront ceux qui ne sont pas interchangeables ». Alors, comme dit le bon vieux stéréotype journalistique : affaire à suivre !

Crédit photo : Acuzio via SXC (cc)

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook