A la une
Pour Mélenchon, Barbier fraye avec « l'extrême-droite »

Pour Mélenchon, Barbier fraye avec « l’extrême-droite »

Télécharger en PDF

Mercredi 4 septembre dans « C dans l’Air » sur France 5, Jean-Luc Mélenchon a traité Christophe Barbier, le directeur de la rédaction de L’Express, de « militant politique très proche de l’extrême droite », lui niant carrément sa qualité de journaliste, devant un Patrick Cohen mi-sceptique, mi-indigné.

Des propos difficilement défendables. Bruno Roger-Petit juge qu’avec de telles déclaration, l’élu « (détruit) sa crédibilité ».

Et puis, on peut raisonnablement penser qu’Éric Mettout, le directeur adjoint de la rédaction de L’Express qui censure les internautes plus vite que son ombre, accessoirement ancien compagnon de route de SOS Racisme, s’en serait rendu compte.

Rappelons ces faits : Christophe Barbier déclarait en novembre 2012 que « l’immigration est une bonne chose pour la France, une très bonne chose pour la vitalité française ». En 2004, il s’était prononcé pour le « oui » à la constitution européenne. Entre autres prises de position progressistes.

Les arguments du député européen ? Un éditorial de Barbier intitulé « Pour en finir avec Mélenchon » ainsi qu’une couverture de L’Express sur le coût de l’immigration…

C’est un magnéto réunissant plusieurs interviewers, invités à dire quel animal pourrait être Jean-Luc Mélenchon, qui a déclenché les hostilités. Christophe Barbier y déclarait : « Un chien, ça aboie très fort, un chien. » Et le chien a aboyé…

En juin 2013, Jean-Luc Mélenchon avait refusé la présence d’un journaliste de l’hebdomadaire à un déjeuner auquel il avait convié plusieurs journalistes.

En mai 2012, il s’était attaqué à L’Express et au Parisien, les jugeant « proches du FN ». Pendant la campagne des législatives, le leader du Front de gauche s’en était déjà pris à l’hebdomadaire fondé en 1953 par Françoise Giroud et Jean-Jacques Servan-Schreiber. En 2012, celui qui se présentait aux législatives dans le Pas-de-Calais avait insulté personnellement, sur un marché, un autre journaliste de L’Express, lui intimant l’ordre de retourner à Paris.

Crédit photo : azety via Flickr (cc)

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook