Pour FOG, « la télé rend fous » les présentateurs

Pour FOG, « la télé rend fous » les présentateurs

Pour FOG, « la télé rend fous » les présentateurs

Télécharger en PDF

Interrogé dans les colonnes du Parisien-Aujourd’hui en France, Franz-Olivier Giesbert est revenu sur l’arrêt de son émission « Le monde d’après » sur France 3.

Désormais uniquement sur France 5 avec « Les grandes questions », FOG se dit néanmoins « soulagé » de cette interruption. Tout d’abord « ce n’était pas « [s]on » émission, mais une émission [qu’il] ne faisait que présenter ». Ensuite, elle « nécessitait beaucoup de réunions de travail interminables. C’était compliqué. »

Le journaliste a également confié qu’il ne se considérait pas comme un « dinosaure » de la télévision. « Dans ma tête, j’ai toujours 20 ans, a-t-il souri. Mais nos positions sont toujours très fragiles. Les présentateurs ont souvent le sentiment qu’ils sont propriétaires de leur fauteuil parce que la télé rend fou. Beaucoup refusent de se remettre en question et finissent par être écartés. C’est normal que ça valse! A la télé, sans arrêt, ça monte et ça dégringole. »

En conclusion, celui-ci relativise cette décision. « Je ne suis pas du genre à taper du poing sur la table, à gémir et à chialer. Il faut avoir du recul sur ce qui arrive. On fait quand même un métier formidable », estime-t-il malgré la suppression progressive des émissions culturelles.

Voir aussi : « La télévision utilise les invités pour les manger à son seul profit »

Crédit photo : LCP – Assemblée Nationale via Flcikr (cc)

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook