Pour Cohen, Schneidermann doit « changer de métier »

Patrick Cohen

Pour Cohen, Schneidermann doit « changer de métier »

Télécharger en PDF

La semaine dernière, Patrick Cohen faisait la leçon à Frédéric Taddeï sur le plateau de « C à vous » sur France 5, lui reprochant d’inviter des « cerveaux malades ». Ce lundi, Daniel Schneidermann, patron du site @rrêt sur images, publiait une tribune dans Libération, dénonçant la « liste noire de Patrick Cohen » et considérant cela comme une « faute professionnelle ».

Interrogé par l’AFP, le journaliste de France Inter a trouvé « hallucinant que l’on considère que c’est une faute professionnelle de ne pas recevoir Dieudonné ». Et celui-ci de poursuivre : « Si le nouveau critère de la déontologie façon Schneidermann, c’est recevons tout le monde même les plus marginaux, les plus délirants, les plus condamnables –y compris du point de vue de la loi, puisque Dieudonné a été plusieurs fois condamné– pour avoir une forme de crédibilité dans le pluralisme des idées et des expressions, alors je pense qu’il faut changer de métier. »

« On ne doit pas forcément donner libre cours au n’importe quoi et aux rumeurs les plus folles », a-t-il ajouté avant de conclure : « Je ne veux pas donner de leçons. Je parle pour ma propre antenne. Je ne dis pas qu’il faut supprimer l’émission de Taddeï ou qu’il faut censurer ses plateaux. Chacun juge et chacun fait comme il veut. »

Le débat bat son plein entre les défenseurs de la liberté d’expression et les père-la-morale s’érigeant en gardiens autoproclamés de la République en danger…

Crédit photo : Le Figaro / le.buzz.media

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook