Yves Calvi

Yves Calvi
Télécharger en PDF

Yves Calvi,
le boulimique du PAF

Yves Calvi, de son vrai nom Yves Krettly, est né le 30 août 1959 à Boulogne-Billancourt. Son père, Grégoire Krettly, dit Gérard Calvi, est compositeur de musique et chef d’orchestre. Sa mère, née Yvette Rogivue est une comédienne de second plan connue sous le nom de Yvette Dolvia (Le Petit Baigneur, Qu’est-ce qui fait craquer les filles…). Yves Calvi est marié depuis le 4 juillet 1992 à Valérie Lefèvre qui exerce le métier d’attachée de production.

Formation universitaire

Yves Calvi a étudié à l’université de Nanterre (Paris X) avant de rejoindre l’Institut d’études politiques de Paris (IEP) dont il n’est cependant pas diplômé. Il est titulaire d’une licence de lettres modernes et d’une maîtrise d’information et de communication.

Parcours professionnel

Yves Calvi débute sa carrière journalistique en 1986 comme présentateur-animateur à Radio France internationale (RFI). Deux ans plus tard, il passe à France Info, puis à Télé Lyon Métropole (TLM) où il occupe le poste de rédacteur en chef adjoint tout en continuant d’animer et de présenter des débats (1989-1992). En 1993, il devient reporter à Média Vidéo Son (MVS) avant de rejoindre Radio Monte-Carlo (RMC) en 1994. Mais c’est sur Europe 1 qu’il se fait réellement connaître à partir de 1996. Il anime alors une émission matinale (Forum), puis différentes tranches horaires d’information. En 2003, il devient rédacteur en chef et présentateur du journal de 12h, Europe midi. Il est alors une des voix les plus familières de la station qu’il quitte pourtant en 2005 pour se consacrer pleinement à ses activités télévisuelles (voir ci-dessous). À partir de 2007 et jusqu’en 2010, il produit et présente l’émission quotidienne Nonobstant sur France Inter dans laquelle il interviewe une personnalité de la vie culturelle ou politique. Depuis 2010, il tient une chronique quotidienne sur RTL (Le choix de Yves Calvi).

Parallèlement à son activité radiophonique, Yves Calvi poursuit également une carrière télévisuelle. Deux ans après avoir quitté Télé Lyon Métropole (TLM), il devient présentateur à LCI (1994-1996). En 2000, il débarque sur la Cinquième (qui deviendra France 5 en 2002) et y anime Expertise, un magazine hebdomadaire d’actualité. À partir de septembre 2001, il devient le présentateur principal de C dans l’air, une émission quotidienne de débat produite par Jérôme Bellay. Il y est parfois remplacé par Thierry Guerrier (2006-2010), Axel de Tarlé (depuis 2008) ou Laurent Bazin (depuis 2011). Depuis 2005, il anime également le magazine de la rédaction de France 2, Mots Croisés, succédant à Arlette Chabot. En 2007, il présente le Grand Tournoi de l’Histoire sur France 3.

Devenu incontournable dans le paysage audiovisuel français, il représente France Télévisions pour interviewer le président de la République dans l’émission En direct de l’Elysée, en 2008 et en 2011.

En 2006, il reçoit les Lauriers d’or de la télévision dans la catégorie Débat. En 2012, le prix Richelieu lui est décernée par l’association de Défense de la langue française pour sa « maîtrise de la langue française ».

Un sondage paru en septembre 2011 (Harris interactive) indique qu’Yves Calvi est le journaliste préféré des politiques ainsi que celui qui aux yeux des Français passe pour le plus « indépendant » (avec seulement 23% des sondés cependant).

Parfois accusé de rouler pour la droite, Yves Calvi se voit souvent reproché d’être un cumulard omniprésent dans les programmes audiovisuels. Suite à une émission sur la délinquance des Roms diffusée le 11 février 2005, il a été poursuivi pour « incitation à la haine raciale » par des associations antiracistes qui lui reprochaient notamment le titre de son émission (« Délinquance : la route des Roms »). Il a été relaxé en 2009.

Parcours militant

Publications

Souvenirs historiques du capitaine Krettly, Yves Calvi et Gilbert Bodinier, Nouveau Monde éditions, juin 2003.

Collaborations

Ce qu’il gagne

Il l’a dit

« En France, les questions relatives à la sécurité ou à l’immigration sont vécues systématiquement comme des préoccupations de droite. Je trouve ça honteux, car, pour connaître la banlieue, contrairement à ce qu’on pourrait imaginer, je sais très bien que les premières personnes à souffrir des violences sont les gens qui y vivent et non pas ceux qui en parlent. » (La Revue-Médias n°15 – décembre 2007)

« Ils sont en effet l’objet de ségrégations dans toute l’Europe, à l’Est comme à l’Ouest. Il sont aussi une préoccupation permanente pour les policiers, dont la police française, la multiplication des affaires de délinquance concernant les Roms est assez stupéfiante. » (C dans l’air – 11 février 2005)

Sa nébuleuse

Yves Calvi est le « fils spirituel » en journalisme de Jérôme Bellay, président directeur général de la société Maximal Production qui produit notamment l’émission quotidienne C dans l’air. La société dépend depuis 2008 de Lagardère Entertainment, filiale de Lagardère Active. Maximal Production a produit notamment l’intervention télévisée du président de la République du 27 octobre 2011, consacrée à la crise de la zone euro, émission basée d’après TF1 sur « une idée originale de Jérôme Bellay » (Le Monde – 17 octobre 2011) et à laquelle participait justement Yves Calvi. C’est également Jérôme Bellay qui recrutera Yves Calvi à France Info en 1988, puis à Télé-Lyon-Métropole en 1989 où il est directeur d’antenne, ainsi qu’à Europe 1 en 1996.

Photo : Yves Calvi photographié par Studio Harcourt Paris (cc)

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.