Sophia Aram

Télécharger en PDF

Sophia Aram, la reine de la polémique bien pensante

À peine arrivée à l’antenne sur France 2 pour diriger l’émission « Jusqu’ici tout va bien » tous les jours à 18h10, l’humoriste et comédienne Sophia Aram est déjà sous pression, les taux d’audience du programme étant pour le moment extrêmement faibles (moins de 4% à la fin de la première semaine de diffusion). Apparemment, l’humour politiquement correct de celle qui affirmait que « les électeurs du Front National sont des gros cons », très apprécié par la critique, peine à séduire les téléspectateurs.

Issue d’une famille d’origine marocaine, Sophia Aram est née à Ris-Orangis (Essonne) le 29 juin 1973.

Formation

Lycée de la Plaine de Neauphle (Trappes)

Maîtrise d’arabe à l’Institut national des langues et civilisations orientales

Parcours professionnel

Sophia Aram s’initie à l’art de l’improvisation dans les établissements scolaires de Trappes puis au sein de la compagnie « Déclic Théâtre », où elle côtoie Jamel Debbouze. Elle participe notamment à une coupe du monde d’improvisation organisée au Québec. Parallèlement, elle débute sur les planches avec la « compagnie du théâtre du Sable ».

Oubliant ses aspirations à faire carrière dans le journalisme politique, Sophia Aram se tourne vers l’audiovisuel et débute à la télévision sous le patronage de l’ex « Animateur le plus con de la bande FM », Arthur (Jacques Essebag). Elle participe alors à « CIA », « Le club de l’info amateur » et « Les Enfants de la Télé », des émissions produites par le groupe Endemol.

Après quelques interventions sur NRJ et sur Europe 2, elle se fait connaître du grand public à partir de 2008 en tenant une chronique hebdomadaire sur France Inter dans l’émission « Le Fou du Roi » animée par Stéphane Bern. A partir de septembre 2010, elle se voit confier une puis deux chroniques hebdomadaire dans la matinale de la même radio. Les diatribes « citoyennes » et les polémiques deviennent alors son fonds de commerce, privilégiant des cibles aussi originales que Marine Le Pen ou Nadine Morano. Outre ses itératives injures à l’encontre des électeurs du Front national, elle s’attaque aussi à son consœur Audrey Pulvar, compagne du ministre socialiste Arnaud Montebourg, dénonçant un supposé « conflit d’intérêts » lors de sa nomination à la tête des Inrockuptibles (par Mathieu Pigasse, dont la banque d’affaires a, par ailleurs, été choisie par le ministère de l’Économie pour conseiller la Banque publique d’investissement) et égratigne même ses anciens collègues humoristes de France Inter, comme Stéphane Guillon ou Didier Porte.

Parallèlement à ses activités radiophoniques, l’humoriste monte également deux spectacles comiques, du « Plomb dans la tête » et « Crise de Foi », dont le second, qui ridiculise les trois religions du Livre, suscite un certain émoi et quelques réactions courroucées qui lui assurent une publicité non négligeable.

À l’été 2013, elle est choisie par France 2 pour occuper la case stratégique de « l’access prime time ».

Parcours militant

Sophia Aram se veut une militante « féministe et athée ». Sur France Inter, ses attaques virulentes et répétées contre le Front national et ses électeurs lui valent des rappels à l’ordre de sa direction mais également du CSA.

En 1998, Sophia Aram a donne naissance à un petit garçon. Pour elle et son compagnon, Benoit Cambillard, il est « hors de question de l’appeler Medhi ou Pierre». Le couple choisit alors un prénom hébreu, Chaïm, qui signifie « la vie ». Ce choix est pour eux un « geste militant » exprimant leur refus des déterminismes identitaires.

Le 31 août 2011, elle s’en prend à la station Sud Radio, en expliquant que les électeurs du Front National ont désormais une station bien à eux pour exprimer leurs idées.

En juin 2011, Khadija Aram, la mère de l’humoriste, est condamnée à deux ans de prison, dont 18 mois avec sursis, pour avoir promis, contre rémunération, des titres de séjour à des immigrés clandestins. Faux titres de séjour qui n’ont jamais été remis à ceux qui les ont payés.

Ancienne adjointe au maire de Trappes, la mère de Sophia Aram a été reconnue coupable de « trafic d’influence » et « abus de confiance » par le tribunal de Grande Instance de Versailles. Une affaire familiale qui fait tache pour Sophia qui aime à se présenter comme la défenderesse des valeurs « citoyennes », la petite sœur des pauvres et des déshérités de la société…

Théâtre

  • Sophia Aram, crise de foiDu plomb dans la tête (2006)
  • Crise de Foi (2010)

Cinéma

La Lettre, court métrage de François Audoin (2011)

Récompenses

  • Prix Attention Talent Humour Fnac 20062
  • Prix du festival Juste pour Rire de Nantes en 2006
  • Prix du jury et des techniciens au festival d’Humour de Vienne 2009

Ce qu’elle gagne

Non renseigné

Sa nébuleuse

Philippe Val, Stéphane Bern, Benoit Cambillard (son compagnon et co-auteur).

Elle l’a dit

« Mon spectacle peut heurter la sensibilité des personnes plaçant leur foi au-dessus de leur sens de l’humour », Crise de Foi (2010)

« Le féminisme n’est pas une maladie honteuse. Comme la laïcité, c’est toujours un grand combat à mener », Télérama n°3286, 5 janvier 2013

« « Il existe des commissions d’attribution des marchés publics. Il n’est pas interdit de penser que Matthieu Pigasse ait pu trouver quelques compétences à Audrey. D’ailleurs, cela nous est bien arrivé à France Inter. Ce serait un peu comme si on soupçonnait la femme d’Éric Woerth de parler des dossiers d’optimisation fiscale de mamie Bettencourt avec son ministre du budget de mari. Ça ne tient pas la route », à propos de la nomination d’Audrey Pulvar à la tête des Inrockuptibles, France Inter, 11 septembre 2012.

« Les insultes resurgissent surtout quand je parle publiquement de mon athéisme : certains islamistes ne tolèrent pas l’apostasie, qui est un péché mortel. Mais il suffit de s’organiser, ce n’est pas si gênant, et cela ne m’empêche pas de vivre. Contrairement aux apparences, je ne suis pas une petite chose fragile », Télérama, 5 janvier 2013.

« Jean-Marie Le Pen est un thermomètre fiché dans le derrière des Français pour mesurer leur degré de xénophobie », France Inter, 12 janvier 2011.

Ils l’ont dit

« Vous ne me faites pas rire. Ça c’est le travers des humoristes qui veulent faire croire qu’ils font rire en se servant de petites phrases qu’ils vont glaner sur internet pour en faire un melting pot et essayer d’en sortir un portrait qui n’est pas la réalité. Populaire ça ne veut pas dire vulgaire », Nadine Morano à Sophia Aram, RTL, 4 janvier 2012.

« Les électeurs du Front national ne sont pas des gros cons contrairement à ce qu’a dit une petite conne il y a quelques jours sur une autre radio pour faire le buzz et remplir ses salles de spectacle », Guy Carlier, Europe 1, 25 mars 2011.

Crédit photo : capture d’écran vidéo France Inter via Youtube

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.