Nathalie Balsan-Duverneuil

Télécharger en PDF

Nathalie/Nathan Balsan-Duverneuil,
un profil atypique dans la PQR

Parmi les 37000 cartes de presse il y a les vedettes, les sans-grades (les nombreux CDD ou pire ceux qui sont au régime non choisi d’auto entrepreneur). Et puis il y a les personnalités atypiques comme Nathalie/Nathan Balsan-Duverneuil, (NBD).

Nathalie Balsan-Duverneuil, né(e) le 21 novembre 1973, à Gérone (Espagne), est journaliste au Midi Libre. Mais Nath-Sakura (son autre identité) est aussi photographe. Les deux sont la même personne. Les deux ou plutôt les trois car Nathalie était Nathan avant son changement de sexe reconnu par la justice le 6 octobre 2011.

Ces identités diverses sont un des traits caractéristique du journaliste et de son travail, comme il/elle l’évoque dans plusieurs entretiens.

Formation

L’article qui lui est consacré sur Wikipedia mentionne un doctorat en philosophie obtenu en 1998.

On trouve aussi cet entretien, accordé au site internet Artkaos en 2004, consacré à la photographie : « Je suis reporter photo pour le compte d’un quotidien régional du Midi où je m’ennuie à mourir. Emploi que j’ai décroché après une thèse en philosophie politique que je n’ai jamais soutenue… sur Karl Marx ».

Il se présente parfois encore comme « Nathan Balsan-Duverneuil Photographe », comme ici en octobre 2004. Nath-Sakura : extrait d’une interview de septembre 2007 : « Je suis née en Catalogne, quand elle était encore franquiste. J’ai bientôt 34 ans. Je vis avec Laïka, ma compagne. Nous avons une petite fille de 2 ans, Victoria. J’ai interrompu, peu avant de la soutenir, une thèse de doctorat en philosophie, sur Karl Marx. Je suis photo reporter dans un quotidien du Midi de la France, et free-lance pour d’autres titres et d’autres images. Je suis transsexuelle et je n’en ai pas honte. J’habite près d’Agde, dans l’Hérault. J’ai, en politique, des convictions liées à la IV° Internationale. ».

Une autre interview de 2007 : Comment avez vous acquis les compétences que vous avez aujourd’hui ? « Par le biais d’un DENSP acquis après un doctorat de philosophie devenu inutile lorsque les portes des universités se fermèrent devant moi pour cause d’engagement militant trop à gauche aux yeux de ceux que je croyais alors être mes pairs. »

Parcours professionnel

Celui-ci se divise en deux parties entremêlées, puisque d’un côté NBD est un/une photographe d’un talent indéniable, et de l’autre un/une journaliste au Midi-Libre qui n’hésite pas à publier des articles à la gloire du photographe. NDB déclare travailler aussi comme photo-reporter pigiste pour plusieurs organes de presse, (Le Temps, L’hebdo, La Tribune de Genève), d’après une interview accordée à Hélène Hazera (1).

Son site internet nous apprend qu’elle est :

  • Journaliste professionnel/le depuis 1999. D’après le site fetish-photo.net « Nathan Balsan du Verneuil exerce la profession de journaliste professionnel pour le compte de plusieurs quotidiens et hebdomadaires français et européens depuis 1999. » « Je suis photo-reporter dans un quotidien du midi de la France qui tire à 180.000 exemplaires. » déclare-t-elle en 2007.
  • Lauréate du prix de photojournalisme de Melbourne (2005)
  • Prix du Club de la Presse de Montpellier (2003)

Un premier article du Midi-Libre nous apprend qu’elle est la marraine du Festival « Supernova » à Montpellier (mai).

Le Midi Libre fera un autre article élogieux sur cette exposition de Nath Sakura.

Quatre autres articles dans le Midi-Libre paraîtront en 2011 :

Liste des expositions de Nath Sakura

Parcours militant

Responsable de l’UNEF-ID Lettres à Montpellier de 1993 à 1995

Nathalie Balsan-Duverneuil a fondé le syndicat étudiant SEUL en 1996 après que sa section soit partie de l’UNEF-ID : dans un éditorial du 19 avril 2000 publié sur le site de ce syndicat étudiant et signé NBD, il citait d Christine Clerc à la suite d’un article de cette journaliste donné au Midi Libre.

Le SEUL a publié de 1997 à 2002 le journal La Canonnière.

NBD est présentée sur Linkedin comme rédactrice en chef du journal étudiant “La Canonnière”, récompensé deux fois du Prix Varenne en 1998 et 2000. On trouve sur Linkedin un Vincent Dusseau, se présentant aussi comme rédacteur en chef du mensuel étudiant La Canonnière et qui revendique la même distinction pour 1998. Il est également un ancien de l’Université Montpellier 3 Paul Valery et ancien journaliste au Midi Libre de 1999 à 2001.

Le SEUL a participé en 2000 à la création de la Fédération syndicale étudiante, changeant de nom pour s’appeler FSE-Montpellier. Le SEUL a adopté comme slogan « une attaque contre un seul est une attaque contre tous », slogan des IWW américains.

NBD échangera par ailleurs quelques emails avec l’UNEF signés « Nathan Balsan-Duverneuil ». Échanges au ton parfois vif au cours duquel son interlocuteur le qualifie alors de « Monsieur Balsan-Duverneuil, diplômé ès syndicalisme étudiant ».

Il/elle appartient également à l’organisation trotskyste La Commune et a participé à d’innombrables actions de l’extrême-gauche : soutien à des clandestins squatteurs avec le Comité Chômeurs-Salariés d’Alfortville, et signe d’innombrables pétitions comme celle-ci, en 2000, où il signe Nathan Balsan-Duverneuil journaliste économique et social attaché à la rédaction électronique du groupe Midi Libre – Chef d’édition du Midi libre),etc…

Quelques pétitions

Appel de soutien aux sans papiers de Lille 70 Bld Victor Hugo 59000 Lille Tel / Fax : 03.20.52.56.42 ou 06.87.63.26.40 E-mel : appel_lille@yahoo.fr Lille, le 11 juin 2000

Appel pour soutenir Ruben Sobrero : « Les soussignés, rejettent la persécution judiciaire organisée par l’entreprise “Trains de Buenos Aires” (TBA) contre Ruben “Pollo” Sobrero, secrétaire général de l’Union Ferroviaire, section Grand-Ouest, et contre les délégués cheminots. La nouvelle politique de l’entreprise TBA, en réponse à la juste lutte des travailleurs, est la criminalisation de cette lutte. De cette façon ils essaient de réduire au silence les militants syndicaux. »

Premiers signataires : Petri Daniel, cheminot, conseiller municipal d’Alfortville; Mahieu Christian, Secrétaire fédéral de SUD-Rail; Balsan-Duverneuil Nathan, journaliste, délégué SNJ à Phaestos (Hérault);

« La Lettre de Liaison » n° 86 du 19 janvier 2004. » (pdf)

Appel pour sauver les archives nationales : Pour la construction du centre d’Archives nationales de Pierrefitte avec création de 250 postes budgétaires et statutaires dans toutes les filières et catégories. Contre la transformation des Archives nationales en E.P.A., porte ouverte à la rentabilisation et à une précarité accrue du personnel. Contre tout redéploiement et toute délocalisation forcés du personnel, pour le respect total du volontariat. Parmi les signataires, on trouve (nous sommes en 2004) “Nathan BALSAN-DUVERNEUIL, journaliste”.

Il signera pour La Commune sous son identité de Nathan Balsan des éditoriaux sur les thèmes suivants : défense des prostituées en flagrant délit de racolage, des mendiants agressifs et des rassemblements dans les cages d’escalier, des fraudeurs récidivistes dans les transports, des gens du voyage qui s’installent sur un terrain sans autorisation préalable, des étrangers dont le comportement aurait constitué une menace pour l’ordre public, des propos agressifs vis-à-vis des forces de l’ordre ou de tout fonctionnaire d’État…

Toujours pour La Commune, il écrira, à propos de l’élargissement européen vers l’Est : « L’élargissement de l’Europe est ainsi le bon moyen pour recoloniser ces pays qui avaient échappé pendant 70 ans à la mainmise capitaliste. »

En février 2009, les militants de La Commune ont décidé de participer à la construction du NPA d’Olivier Besancenot.

En parallèle, NBD milite dans le mouvement LGBT et trans

2009 – Intervenante aux assises du corps transformé, tenues les 16 et 17 octobre, qu’elle conclura avec le chirurgien plasticien Jacques Mateu à la Faculté de Droit de Montpellier.

Nombreux articles dans le Midi Libre sur ces thématiques (lutte contre les « phobies », homosexualité, transsexualité, sexualité sans entrave, échangisme, etc…).

Soutien à la campagne de Jean-Luc Mélenchon

Nicolas Chapuis du Nouvel Observateur la cite dans un article très favorable à Jean-Luc Mélenchon : « Le journal “Midi libre” consacre aujourd’hui un article à “l’inattendu outsider” de la campagne. “Je n’aime que les salles où il y a des drapeaux rouges”, lance-t-il à la foule. Nathalie Balsan-Duverneuil et Philippe Mouret, les deux journalistes, notent également que la principale cible des attaques de Mélenchon est le Front national de Marine le Pen. “Ce qui se passe a lieu sur l’ensemble du continent européen, où la droite est en train de s’extrême-droitiser. Le combat mené en France vaut pour toute l’Europe, car le Front National y fait référence. Nous tenons la tranchée !”, tonne-t-il à la tribune. »

Un autre de ses articles du Midi Libre est cité directement sur le blog de Jean-Luc Mélenchon : Sous le titre « Une vague bleue Marine » dans le Gard ? Non, sire, une vaguelette », Nathalie Balsan-Duverneuil signe une sorte de brûlot « Halte au feu ! écrit-elle. En matière de politique et de résultats électoraux de l’extrême-droite, on a vite fait de s’enflammer. »

Elle le remercie dans les commentaires pour cette citation : « Merci monsieur Mélenchon de m’avoir citée dans votre note. Mais je n’ai pas écrit un “brûlot”, j’ai juste écrit un article journalistique à contre-courant de l’idée d’une “vague bleue marine” qu’on voulait nous voir encaisser. En faisant un travail de journaliste, et en regardant les chiffres, j’ai simplement voulu faire mon travail, et donner sur sens au réel. »

Polémique avec le blogue Fdesouche.com

Nathalie Balsan-Duverneuil a été, en octobre 2012, au centre d’une polémique qui l’a opposée au blog identitaire François Desouche à l’occasion d’un article qu’elle avait publié sur le site internet du Midi Libre et au sujet duquel le blog l’accusait de manipulation.

Le 8 octobre 2012, il/elle écrit un article dans le Midi Libre, en mettant en ligne l’interview d’un jeune homme ayant appartenu à un groupe d’extrême-droite et depuis repenti. À la suite de cet article, un paragraphe évoquait le blog Fdesouche,com, ce qui pouvait laisser penser que ce « repenti » avait un lien avec ce blog,

L’interview semble polémique. Nathalie Balsan-Duverneuil – favorable au Front de Gauche – écrit régulièrement des articles orientés à gauche et très hostiles à la droite au sens large. Après une première mise au point de Fdesouche,com, le nom de l’auteur de l’article a changé, le paragraphe évoquant le site Fdesouche.com a été supprimé, les commentaires de l’article ont été fermés et l’auteur a également supprimé sur twitter ses messages de soutien à Jean-Luc Mélenchon, quand celui-ci était en pleine campagne du premier tour de la présidentielle.

Voir le point de vue du Midi Libre sur www.midilibre.fr.

Il/elle l’a dit

« Quand je croise une église, j’ai envie d’aller y mettre le feu. » (sur le forum du site communautaire homosexuel et trans-genre Yagg).

« Le problème de notre temps, c’est de croire que la réalité seule suffit à donner du sens. Raison pour laquelle, la photographie prise avec un téléphone portable par n’importe quel touriste belge pendant l’attentat de Bombay aura la primeur, aux yeux du responsable d’une revue, sur la photographie réalisée par un journaliste professionnel. Alors que justement, l’intérêt d’une photo d’actualité, c’est d’avoir été construite en pensée par quelqu’un dont le métier est de donner du sens au réel. Pas seulement de reproduire ce qu’il voit. »

[…]

« Je suis venue à la photo après l’échec de mes projets universitaires (aucun poste ne s’est ouvert à moi malgré un doctorat). » (Source : page261.com)

« Eh oui, en plus d’être transgenre, lesbienne, tenante d’un art que d’aucuns diront « dégénéré », dominatrice et juive, je suis en plus une dangereuse révolutionnaire trotskyste… »

« Je suis juive et soutiens pourtant la cause palestinienne. »

« À 25 ans, j’avais mon doctorat de philosophie en poche, mais l’Université française n’a pas voulu de moi. » (Source)

« Je suis reporter photo pour le compte d’un quotidien régional du Midi où je m’ennuie à mourir. Emploi que j’ai décroché après une thèse en philosophie politique que je n’ai jamais soutenue… sur Karl Marx » (Source : web.archive.org)

« J’ai été rejetée, naguère, dans un corps qui n’était pas le mien, dans une identité dans laquelle je me sentais étrangère, comme on s’éveille, après une catastrophe au large, sur une mer désolée. Il m’a fallu longtemps errer pour comprendre qui j’étais, pour me rendre compte qu’il était absurde d’essayer d’endosser un rôle qui n’était pas le mien. Et que je pouvais tenter l’aventure d’aller « de l’autre côté du monde ». À mes risques et périls. La traversée à commencé ainsi. Les blouses blanches qui succèdent aux blouses blanches. Je les ai détestées d’emblée quand il fallait pourtant les convaincre. Les médicaments qui chamboulent la tête, le corps, les envies, les rêves, en te tuant chaque jour un peu plus. La libido qui disparaît. Les opérations chirurgicales, qui se suivent, les unes après les autres, n’apportant qu’amertume là où tu espérais voir se dessiner la « fugitive beauté » dans le reflet du miroir. Des analyses sanguines toutes les semaines. L’obligation de vivre dans la schizophrénie d’une identité qui met des siècles à apparaître Les patrons qui te virent et les amis qui te fuient. La solitude et la souffrance. Et un grand bûcher des vanités. »

[…]

« Mon existence est un escalier à degré. J’ai pris l’habitude de la voir, toujours inopinément, prendre une voie opposée à celle que j’escomptais.
Le jour où mes parents biologiques m’ont abandonnée.
Le jour où mes parents m’ont adoptée.
Le jour où, préparant ma thèse de doctorat on m’a signifié que le poste d’ATER que j’avais sollicité m’échapperait si je me présentais à une élection (où j’ai finalement été élue), et que je serais black-listée de tous les postes à pourvoir dans le pays.
Le jour où j’ai dû, réapprendre, de zéro, un nouveau métier.
Le jour où ma première fille, Louise, est morte. Et où, d’une certaine façon, j’ai perdu sa mère.
Le jour où je me suis suicidée.
Le jour où j’ai pris la décision de changer de sexe. » (Source : http://suzieone.skyrock.com/12.html)

Publications

  • Pouvoirs, recueil photographique, Map éditions, 2005
  • Dualités, recueil photographique, LP, 2006
  • Vauban à Toulon, l’arsenal et la rade, Musée national de la marine, 2007
  • Pervy Obsessions, recueil photographique, Thomas Ragage éditeur, 2008
  • 1 femme, 2 hommes, 3 regards, recueil photographique et illustrations avec Fabrizio Pasini et Nalair, Thomas Ragage éditeur, 2009
  • Fatales avec la collaboration de Clair Obscur, éditions Victoria, sortie 31 octobre 2012

Notes

(1) Pigiste à Libération, Têtu et productrice à France-Culture, ancienne adhérente à la CNT et militante trans-genre). En 1990, elle rejoint Act Up-Paris suite à sa contamination par le VIH et est responsable de la commission trans’ (commission consacrée aux personnes transgenres et transsexuelles) à Act Up. www.minorites.org

Photo : Twitter@Nath_Duverneuil