La nomination de Michel Field divise au sein de France Télévisions

Télécharger en PDF

Dernière modification le 14/04/2016

Michel Field,
du trotskysme à la superclasse mondiale

Michel Field (pseudonyme) est né le 17 juillet 1954 à Saint-Saturnin-lès-Apt (Vaucluse). Il est le fils de Jacqueline Lévy et d’Erwin Feldschuh, un ouvrier autrichien réfugié en France après l’Anschluss.

Formation universitaire

Agrégé de philosophie. Professeur à l’École normale d’institutrices de Douai puis à l’École normale d’instituteurs de Versailles. Enseignant dans les universités de Nanterre et Vincennes à Saint-Denis.

Parcours professionnel

Décembre 2015

Il est nommé directeur exécutif de l’information de France Télévisions par Delphine Ernotte, en remplacement de Pascal Golomer. Michel Field a fait consensus, il fallait selon Le Monde, « une figure nouvelle, non marquée par les rivalités entre France 2 et France 3, ni par les affrontements avec les syndicats sur le projet de fusion. » Car cet « homme de réseaux, agitateur d’idées » est une « pièce importante de l’équipe Ernotte [la présidente de France Télévisions] depuis sa constitution. » Et en vue de l’élection présidentielle de 2017, Michel Field a l’avantage de réconcilier la droite et la gauche, avec une image de gauche auprès du grand public il cultive une amitié avec l’ancien président de la République, Nicolas Sarkozy.

Depuis son arrivée surprise décembre 2015, selon Le Parisien, « le nouveau patron de l’info de France Télévisions, a réussi à s’attirer les foudres de ses rédactions. » Les journalistes de la rédaction dénoncent pêle-mêle, l’arrêt du magazine « Des paroles et des actes », la refonte d’« Envoyé spécial » et une nouvelle émission politique produite en externe à la rentrée. Pour un journaliste « on n’a jamais vu un management aussi désinvolte. »

2015

Il prend la direction de France 5. Il quitte Europe 1, LCI et la chaîne Histoire. Le courriel de Michel Field aux salariés de LCI : « Avant de quitter LCI la semaine prochaine, je voulais vous adresser ces quelques mots. Je n’ai pas souhaité faire de  » pot de départ  » : ce rituel a pu être joyeux, mais sa répétition ces derniers temps, dans le contexte qu’on sait, laisse à chacun(e), je crois, un goût plus amer que savoureux. (…) Vous dire que j’ai passé dix ans avec vous, et que cette décennie restera comme une des plus belles expériences professionnelles que j’ai pu vivre, malgré les menaces sur l’avenir encore incertain de la chaîne. » (lien)

Anime l’émission Historiquement show sur la chaîne de télévision Histoire.

2008 à 2015

Il anime sur TF1 « Au Field de la nuit », un magazine culturel de 52 minutes diffusé en troisième partie de soirée

2011 à 2012

Rendez-vous à l’hôtel en direct de l’hôtel Costes sur Europe 1

2010 à 2011

Émission quotidienne Café découvertes sur Europe 1

En 2005, il intègre LCI pour « Oui/Non », « Le Ring », « Le 17/20 ».

Depuis 1995, sur Europe 1, il anime la tranche 18h/20h, Écolographie. Depuis septembre 2007, il propose avec Olivier Duhamel Médiapolis, un magazine hebdomadaire d’une heure où ils décortiquent les nouvelles relations dans les médias et le monde politique. Présentateur de Rendez-vous à l’hôtel en direct de l’hôtel Costes.

En 2000, Michel Field s’associe à Serge Kraïf, industriel dans le textile (La Compagnie de Californie), pour créer une des premières télévisions sur le net, Alatele.com.

Il lance en 1997 sa propre société de production « Field Compagnie SA » produisant : « Public » pour TF1 (1997-1999), « Prise directe » (2000) France 3, « Ce qui fait débat » (2000), « Chante la vie chante » (2000), « Bandes à part » TF6.

Animateur « Génération Europe 1 » (1995-1997)

Animateur de « Découvertes » (1994-1995)

Présentateur de « Pas si vite », « L’Hebdo » (1994-1997), Canal+

Présentateur de « La grande famille », Canal+

Présentateur de « Le cercle de minuit » (1992-1994), TF1

Chroniqueur à « Ciel mon Mardi ! » (1989-1992)

« Panorama » sur France Culture (1984-1992)

Collabore aux Nouvelles littéraires (1984-1985), Le matin de Paris, L’Autre journal.

Parcours militant

Leader du mouvement lycéen contre la Loi Debré (1973)

« Le 14 mars [1973] se tient à Jussieu, amphi Guy de la Brosse,la première coordination nationale des comités contre la Loi Debré. Le mot d’ordre adopté est celui de «rétablissement et extension des sursis», alors que l’AJS préfère ne s’en tenir qu’au simple «rétablissement», fidèle à sa ligne de «défense des acquis». La coordination parisienne est chargée de l’exécution des décisions, et un collectif de cinq personnes est désigné en son sein. Il y a Pierre Morville pour Révolution, Marc Rosenblat pour l’AJS, et trois de la LC : Michel Field, Isabelle Alleton et moi-même. La LC [Ligue Communiste] impose Michel Field comme porte-parole médiatique. » (germe-inform.fr)

Rouge

Collabore à « Rouge » (en compagnie d’Edwy Plenel, Patrick Rotman et Henri Weber) tenant la rubrique lycéenne sous les pseudonymes de Beauchamp et Saturnin. Fonde la revue « Quel corps ! » avec Charly Najman et Jean-Marie Brohm en 1973.

Ligue Communiste Révolutionnaire

Adhérent à la « Ligue Communiste », au « Front Communiste » puis à la « Ligue Communiste Révolutionnaire ». En 1997, lors de son passage à la chaine privée TF1, Alain Krivine, alors porte-parole de la Ligue communiste révolutionnaire depuis sa création en 1969 et ami de Michel Field, exprimait toute son admiration à son ancien camarade trotskyste : «  Le parcours de Michel Field prouve que la Ligue sert à quelque chose… (…) Outre “L’Hebdo” sur Canal, je retiendrai surtout son émission-forum consacrée au CIP sur France 2, qui, selon moi, est le type même de la télévision citoyenne et un grand moment de démocratie. N’importe quel journaliste n’aurait pas pu réaliser cela. Il faut avoir milité et géré des assemblées générales pour maîtriser une telle émission. (…) Même s’il n’est plus militant de la Ligue, Field continue à cultiver un fond de militantisme de gauche, qu’il a traduit par exemple dans “L’Hebdo” en donnant la parole aux sans-papiers. Je crois qu’il se bat pour des valeurs, et c’est sans aucun doute sa contribution au débat démocratique. C’est un très bon journaliste de télévision, et je crois qu’en la matière ce devrait être la règle et non pas l’exception. » « Alain Krivine : “un journaliste citoyen” (Le Monde, 01/09/1997)

Responsable des Comités d’actions lycéens

Publications

  • L’École dans la rue, Grasset, 1973
  • Le Passeur de Lesbos, Robert Laffont, 1984
  • Impasse de la nuit, éd. Bernard Barrault, 1986
  • Excentriques, Bernard Barrault, 1987
  • L’Homme aux pâtes, Bernard Barrault, 1989
  • Contes cruels pour Anaëlle, Robert Laffont, 1995
  • Le Livre des rencontres, Robert Laffont, 2002
  • Le Grand Débat, Robert Laffont, 2006
  • Le Starkozysme, éditions du Seuil, 2008

Collaborations

En 2012, participe à un clip contre l’abstention aux élections présidentielles, à l’initiative du mouvement Pluricitoyen lancé par l’historien François Durpaire.

En 2005, il accepte « par fidélité et par amitié » d’animer un meeting de Nicolas Sarkozy en soutien au Traité constitutionnel européen. (Serge Halimi, Les nouveaux chiens de garde, nouvelle édition actualisée et augmentée, p. 24)

En 2004, Michel Field assurait ses fins de mois « en se livrant à des ménages, moments de promotions télévisuels surréalistes où un animateur télé, ancien trotskyste et agrégé de philo se livre à un éloge incroyable d’une biscotte de supermarché et des nouvelles modalités de passage en caisse mises en place par l’enseigne Casino ».

En 1996, il sera l’un des quatre journalistes sélectionnés par Claude Chirac, conseillère en communication de l’Élysée, pour interroger le président Jacques Chirac.

Ce qu’il gagne

Il l’a dit

« En tant que militant révolutionnaire, nous pensons que nous changerons cette société, effectivement, parce que nous y serons contraints par les gens d’en face par la force. Et nous pensons que la lutte armée n’est pas à exclure, à priori. » Les Nouveaux chiens de gardeDailymotion

Sa nébuleuse

Membre du Club Le SiècleBakchich – Diner du club « Le Siècle »

Les anciens trotkystes : Alain Krivine, porte-parole de la Ligue communiste révolutionnaire depuis sa création en 1969, a bien connu Michel Field lorsque ce dernier était militant de cette organisation : « Le parcours de Michel Field prouve que la Ligue sert à quelque chose… A part son passage chez Dechavanne, où il faisait le guignol, et où il m’a fortement déçu, j’estime qu’il s’est bien rattrapé depuis sur France 2 et Canal Plus. Mais faire le clown est peut-être un passage obligé pour faire de la télévision… Ses magazines sont très intelligents et pas du tout dégradants. Outre “L’Hebdo” sur Canal, je retiendrai surtout son émission-forum consacrée au CIP sur France 2, qui, selon moi, est le type même de la télévision citoyenne et un grand moment de démocratie. N’importe quel journaliste n’aurait pas pu réaliser cela. Il faut avoir milité et géré des assemblées générales pour maîtriser une telle émission. Quant à son passage sur TF 1, je crois que tout le monde est au pied du mur. Le problème est de savoir si Field va pouvoir continuer à travailler comme il l’entend, et si TF 1 va le tolérer. Quoi qu’il en soit, remplacer Anne Sinclair est sans doute la meilleure des choses car “7 sur 7” était la caricature du débat politique. Même s’il n’est plus militant de la Ligue, Field continue à cultiver un fond de militantisme de gauche, qu’il a traduit par exemple dans “L’Hebdo” en donnant la parole aux sans-papiers. Je crois qu’il se bat pour des valeurs, et c’est sans aucun doute sa contribution au débat démocratique. C’est un très bon journaliste de télévision, et je crois qu’en la matière ce devrait être la règle et non pas l’exception. » Le Monde – 31 août 1997, « Michel Field au pied du mur TF1 Alain Krivine : un journaliste citoyen »

Ami de Patrick Buisson, le conseiller de Nicolas Sarkozy et ancien co-animateur avec ce dernier de « Questions qui fâchent » sur LCI : « Patrick Buisson est un des rares intellectuels de droite. Un intellectuel organique de droite » Le Figaro – 29 mars 2012

Sonia Djallali : Pour le quotidien Le Parisien, cette coordinatrice auprès du directeur de l’information, Michel Field, est « surnommée la Régente ». Selon un journaliste anonyme, « elle est présente à toutes les réunions. C’est son éminence grise et elle a son oreille, mais on ne sait pas qui c’est. » Sonia Djallali est sa proche collaboratrice depuis plusieurs années, d’abord à LCI, puis à France 5 et maintenant à France Télévisions.

Crédit photo : capture d’écran vidéo ONPC/France 2 via Youtube

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.