Marc-Olivier Fogiel

Télécharger en PDF

Marc-Olivier Fogiel,
profession pitbull

« Il y a toujours un décalage entre une image qui colle à la peau et la réalité de son évolution. » (Le Figaro, 2012)

Surnommé « Marco », certes, mais également « le Pitbull du PAF », Marc-Olivier Fogiel s’est fait d’abord connaître par son style d’entretiens très agressif, avant de devenir l’un des plus puissants trentenaires des médias, à la fois animateur et producteur d’émissions de télévision et de radio. Aujourd’hui, il limite ses activités à la station RTL où il anime « RTL soir » et « On refait le monde », conservant du temps personnel afin de profiter de sa fille.

Il est né en juillet 1969 à Neuilly-sur-Seine. Après une enfance dorée, dès 13, 14 ans, grâce aux contacts de sa famille, il fréquente le milieu de la radio : « Gamin, je rêvais de faire ce métier. Mon père, qui était chirurgien-dentiste, avait parmi ses patients des journalistes de RTL, j’ai donc eu la possibilité d’aller les voir travailler. » Le 14 décembre 2013, il se marie avec son compagnon de longue date, François Roelants, à la mairie du quatrième arrondissement de Paris, en présence de ses deux fillettes, Lily, 8 mois, et Mila, 2 ans et demi. C’est Bertrand Delanoé lui-même qui unit les deux époux.

Formation universitaire

Après le lycée Janson-de-Sailly (Paris XVIème) et l’obtention d’un Bac D, il sort d’Assas (Paris II) en 1988 avec un DEUG d’économie en poche.

Parcours professionnel

Si dès l’âge de seize ans, Marc-Olivier Fogiel rédige des piges pour RTL, c’est à tout juste 19 ans (en 1988) qu’il est engagé par Patrick Sabatier comme assistant de production dans l’émission « Avis de Recherche » (TF1) avant de travailler pour l’émission « Tous à la Une », toujours sur la même chaîne, à partir de 1990. C’est ensuite Canal+ qui l’embauche (1992) pour « Télés Dimanche », où il travaille comme assistant avant d’y présenter une chronique. En 1994, « Les Enfants de la télé », émission qu’il a participé à concevoir, est lancée sur France 2, et il est chargé d’une rubrique dans « La Grande Famille », une quotidienne présentée par Jean-Luc Delarue sur Canal+.

À partir de 1996, il devient enfin lui-même présentateur (« TV+ » et « Un an de + » avec Bruno Gaccio et Laurent Ruquier). Il crée par ailleurs avec Nicolas Plisson la société PAF productions liée à la société de presse PAF presse, qui produisent ses émissions mais également des reportages et magazines de divertissements. Il quitte Canal+ en 2000 pour présenter le talk-show à succès « On ne peut pas plaire à tout le monde », en direct sur France 3, avec plusieurs chroniqueurs, dont Ariane Massenet. Celle-ci est remplacée par Guy Carlier en 2004. Parallèlement, de 2000 à 2005, il présente sur France Inter l’émission « Vous écoutez la télé ». Résultat : Marc-Olivier Fogiel est classé parmi les cinquante trentenaires les plus influents de France dans Le Figaro Magazine en octobre 2005.

Ces années de succès donnent également lieu à de nombreuses polémiques. S’il devient la célèbre bête noire de Thierry Ardisson, lequel lui reproche de l’avoir intégralement plagié, Marc-Olivier Fogiel lance aussi l’ « affaire Dieudonné ». C’est en effet lors d’une émission d’« On ne peut pas plaire à tout le monde », le 1er décembre 2003, que l’humoriste Dieudonné interprète un sketch considéré ensuite, par la chaîne comme par l’animateur, comme antisémite. Dieudonné est poursuivi pour diffamation raciale et il est reproché à l’animateur d’avoir laissé passer un tel sketch (déguisé en colon juif, Dieudonné finissait par lever le bras droit en criant Isra-heil !) Dieudonné sera finalement relaxé, mais lors de l’émission suivante, un SMS censé avoir été envoyé par un spectateur défile à l’antenne et crée un nouveau scandale. Il y était notamment écrit : « Dieudo, ça te ferait rire si on faisait des sketchs sur les odeurs des Blacks ? » Cette fois-ci, c’est Dieudonné, qui accuse l’équipe de Fogiel de l’avoir réécrit et il porte plainte à son tour pour « injure à caractère racial ». Si cette première plainte est classée sans suite, une seconde aboutira à une condamnation à 5000 € d’amende par le tribunal correctionnel de Montpellier pour la diffusion et la réécriture du message électronique incriminé. La même année, c’est également une émission consacrée à Brigitte Bardot qui fait polémique, l’égérie se trouvant mitraillée de questions très agressives au sujet des passages de son livre évoquant les sans-papiers ou les transsexuels, et donnant au public l’impression d’un lynchage programmé.

L’animateur rejoint M6 en 2006, avec « T’empêches tout le monde de dormir », un décalque d’« On ne peut pas plaire à tout le monde », où il se trouve assisté cette fois d’Anne-Élisabeth Lemoine puis de Fabrice Eboué, mais les audiences, cependant, n’atteignent plus les objectifs fixés par la chaine. L’émission est interrompue après la saison 2007-2008. Sur la même période, il sera passé de France Inter à RTL (Entretiens matinaux d’« On ne pouvait pas le rater »). S’il quitte ensuite la télé, il produit toujours quelques sujets pour l’émission « 100% Mag » (M6) ou « Vous aurez le dernier mot » (France2). Il se consacre alors essentiellement à la radio, rejoignant Europe 1 sur la demande d’Alexandre Bompard, nouveau directeur de la station, où il anime « Europe 1 Matin » de septembre 2008 jusqu’à février 2011.

En 2010-2011, il co-produit avec Rachel Kahn l’émission « Semaine critique », présentée par Franz-Olivier Giesbert et se consacre ensuite à des projets éditoriaux au sein des Nouvelles éditions indépendantes (holding de Matthieu Pigasse). Il revient à la télévision en octobre 2011, pour animer « Face à l’actu » sur M6, seulement quelques mois, puisque en raison des mauvaises audiences, l’émission s’achèvera en décembre de la même année. En août 2012, il revient à la radio de ses débuts, RTL, pour présenter « RTL Soir » et « On refait le monde ». En novembre 2012, Marc-Olivier Fogiel incarne également, dans sa version francophone, une série de documentaires (Et l’homme créa le monde) pour la chaîne américaine Discovery Channel.

Combien il gagne

« Pendant deux ans et demi sur Europe 1 pour animer la matinale, Marc-Olivier Fogiel gagnait plus de 50 000 euros par mois (si l’on enlève les deux mois d’été où l’émission est fermée). Ce chiffre mirobolant de 500 000 euros annuels nous est donné par Emmanuel Berretta du Point » (source : Staragora).

Publications

  • Tout donner, avec Guillaume Depardieu, Plon, 2004.
  • À mon tour d’être sur le grill, entretiens par Muriel Beyer, Plon, 2009.

Il l’a dit

« (Jean-Luc Delarue) était passé par là (Europe 1) quelques années auparavant et n’avait pas laissé un excellent souvenir. Il est toujours possible de se comporter comme un usurpateur, en arrivant cinq minutes avant l’émission en direct et en partant cinq minutes après. On devient légitime par ce que l’on fait. » Extrait de À mon tour d’être sur le grill.

« J’ai longtemps été persuadé que j’allais disparaître à 30 ans. Depuis, chaque jour est un bonus. M’inscrire dans la vie m’a demandé beaucoup de temps. J’ai dû modifier mon testament une bonne dizaine de fois, encore la semaine dernière. J’en parlais souvent avec Pascal Sevran qui faisait la même chose », Le JDD, 19 septembre 2009

« Mon grand-père est revenu des camps et la majeure partie de la famille de mon père a disparu pendant la guerre : vous ne pouvez pas avoir des proches qui ont été massacrés sans être l’héritier de quelque chose », idem.

« Je gagne beaucoup d’argent, mais je ne suis pas un mercenaire. J’aime les aventures humaines et les histoires qui durent. Huit années à Canal, six ans dans le service public. Bien sûr, je suis chef d’entreprise, mais je suis avant tout un journaliste qui recrute des journalistes », Le Figaro, 2012).

Nébuleuse

Laurent Ruquier, Bruno Gaccio, Patrick Sabatier, Ariane Massenet, Guy Carlier, Anne-Élisabeth Lemoine, Fabrice Eboué, Rachel Kahn, Franz-Olivier Giesbert, Matthieu Pigasse, Alexandre Bompard, Pascal Sevran, Nicolas Plisson, Claire Chazal (elle est la marraine civile de sa fille Mila), Matthieu Delormeau.

Ils ont dit

« J’ai tourné la page Fogiel. Il n’est plus à la télé et il n’a que ce qu’il mérite. Durant cette émission, qui s’était mal finie, les gens m’avaient soutenue à 300%. Fogiel avait été d’une hypocrisie et d’une malhonnêteté redoutables. » Brigitte Bardot, 1er octobre 2009

« J’espère bien que non ! La preuve, c’est qu’il fait zéro carrière. Si c’était mon fils, il aurait fait une carrière » Thierry Ardisson, répondant à la question de savoir si Marc-Olivier Fogiel était son fils spirituel, « On n’est pas couché », 24 mars 2012.

Crédit photo : capture d’écran vidéo L’Express via Youtube