40 ans de Libération : des maos aux bobos
Marc Fauvelle

Télécharger en PDF

Dernière modification le 21/01/2015

Marc Fauvelle.
Profession : syndiqué

Formation

Marc Fauvelle est titulaire d’une maîtrise de sciences et techniques (MST) de journalisme, obtenue au Centre universitaire d’enseignement du journalisme (CUEJ) de Strasbourg, en 1998. Il est actuellement chef du service politique de France Inter.

Parcours professionnel

Il débute sa carrière à France Bleu Alsace, avant d’être recruté en tant que rédacteur-reporter à Radio France Multimédia (2000) puis d’intégrer France Info (2003) d’abord comme reporter, puis comme journaliste du service politique.

À partir d’octobre 2006, il présente, avec Thomas Hugues, « À sa place vous feriez quoi ? », une interview quotidienne de 7 minutes diffusée en direct et en simultané sur la chaîne d’information en continu i>Télé et France Info du lundi au jeudi à 19 h 16.

De septembre 2007 à juillet 2011, il présente, avec Raphaëlle Duchemin, la matinale de France Info, de 7 h à 11 h, puis, à partir de septembre 2009, de 7 h à 10 h, avec Nicolas Poincaré et Raphaëlle Duchemin et enfin, à partir de février 2011 avec Olivier Emond et Raphaëlle Duchemin.

Il rejoint i>Télé en septembre 2011 pour présenter la tranche de 17 h à 20 h, avec Léa Salamé (voir portrait).

En janvier 2013, il quitte i>Télé et retourne à Radio France où il est nommé chef du service politique à France Inter, en remplacement de Jean-François Achilli devenu directeur de la rédaction de RMC.

Parcours militant

Marc Fauvelle a été adhérent, et élu durant 9 ans, du Syndicat National des Journalistes (SNJ), classé à gauche (voir sa nébuleuse).

En 2002, il était candidat aux élections du Comité d’Entreprise sur la liste du Syndicat national des journalistes (SNJ) Radio France.

En 2004, il était candidat titulaire au Comité d’Entreprise sur la liste du Syndicat national des journalistes (SNJ) Radio France.

En 2006, il a été élu comme représentant du personnel au Comité d’Établissement de Radio France en Île-de-France sur la liste du Syndicat national des journalistes (SNJ) Radio France.

En 2009, il a été élu comme suppléant sur la liste du Syndicat national des journalistes (SNJ) pour le Comité d’Etablissement (CE) Paris Ile de France.

Publications

Collaborations

Marc Fauvelle a participé à la communication du congrès de « Planète PME » 2011 organisée par la Confédération générale des PME (CGPME). Son nom apparaît en effet sur le communiqué de presse post Manifestation, à moins qu’il ne s’agisse d’un homonyme. La communication de cet événement par « Image et stratégie » : « une agence de conseil reconnue pour son expertise en communication publique et institutionnelle. Créée par Thierry Saussez en 1982, elle est reprise en 2008 par le PDG de Ligne 42 et ancien journaliste, Bruno Fuchs. Sous son impulsion, l’agence développe sa capacité à intervenir dans le débat public et son savoir-faire sur tous les métiers de la communication. Forte de quarante collaborateurs, elle est devenue une référence des stratégies de communication de marque, des événements et de l’e-reputation. Elle propose désormais à ses clients, plus de cinquante institutions et grandes entreprises, des stratégies globales. »

Ce qu’il gagne

Il l’a dit

Tweet du 16 novembre 2011 : « Moi aussi j’ai ri jaune… “@srebouh: « J’ai fait quand même le Vel d’Hiv, euh le vélodrome de Marseille » Jean Marie Le Pen sur France 3 # »

Tweet du 5 février 2012 : « Au fait, Claude Gueant sera décompté du temps de parole de quelle civilisation ? »

Tweet du 5 mars 2012 : « on attend les félicitations de Bachar. “@itele: Chine : Hu Jintao a félicité Poutine après « le succès » de l’élection en Russie” »

« On a coupé la parole, tout simplement parce qu’on va essayer de ne pas rajouter de l’huile sur le feu vu le climat ambiant. On pense évidemment à ce qui se passe en Israël et en Palestine. » France Inter, 9 juillet 2014, après avoir coupé la parole en direct à une auditrice qui posait une question sur la Ligue de Défense Juive.

Sa nébuleuse

Syndicat National des Journalistes (SNJ) de Radio France (classé à gauche) : « Relancée dans les années 80, la section Radio France du SNJ s’est progressivement imposée depuis 25 ans comme le premier syndicat de journalistes dans l’entreprise. Avec aujourd’hui quelque 120 adhérents à jour de cotisation (soit environ 20% des effectifs), le Snj est depuis longtemps le syndicat de journalistes le plus représenté dans les radios locales et son audience n’a cessé de croître dans les rédactions nationales où il est arrivé largement en tête lors des dernières élections DP. Le SNJ est l’artisan n°1 des principaux accords sociaux journalistes signés à Radio France depuis 15 ans (…) Ses valeurs sont simples : la défense des intérêts matériels et moraux des journalistes et la défense des valeurs de service public et de l’indépendance éditoriale des rédactions de Radio France, avec un même refus des compromissions et du dogmatisme.

Syndicat National des Journalistes (SNJ) : « Le SNJ Radio France est l’une des principales sections du Syndicat National des Journalistes. Premier syndicat de journalistes, le plus présent dans toutes les régions et toutes les entreprises (…) Le SNJ n’est toutefois pas un syndicat corporatiste. Il est d’ailleurs membre de Solidaires. » Classée à gauche voire à l’extrême-gauche, l’Union syndicale Solidaires est une union syndicale française créée le 10 décembre 1981, dont le SNJ est l’un des neuf cofondateurs. L’acronyme SUD (Solidaires Unitaires Démocratiques) désigne une partie de ces syndicats nationaux et fédérations membres Solidaires. Texte de présentation de la manifestation du 1er mai 2012 : « Dans cette période de crise en France et en Europe, les organisations syndicales CFDT, CGT, FSU, Solidaires, UNSA affirment leur volonté de faire du 1er mai 2012, journée de solidarité internationale du monde du travail, une forte journée de mobilisation, de manifestations et d’expressions revendicatives pour : faire entendre les priorités sociales et les préoccupations des salariés, des demandeurs d’emploi, des jeunes et des retraités, en France et en Europe ; exprimer la défense des droits fondamentaux et des libertés partout dans le monde ; faire reculer la xénophobie, le racisme et l’antisémitisme. » En mars 2011, les syndicats CFDT, CGT, FSU, SOLIDAIRES, UNSA font une déclaration commune intitulée « La préférence nationale n’est pas compatible avec le syndicalisme ! » : « La situation sociale est grave : 5 millions de demandeurs d’emploi, 8 millions de français vivant sous le seuil de pauvreté (…) Dans ce contexte, les organisations syndicales, ne peuvent rester indifférentes à l’utilisation de la situation sociale pour promouvoir certaines thèses dans le débat public comme le fait le Front national. La thèse de la préférence nationale est antinomique avec les valeurs fondamentales du syndicalisme. L’exclusion, le rejet de l’autre, le repli de la France sur elle-même et la fermeture des frontières, la désignation de boucs émissaires, la dénonciation de l’immigration comme responsable de tous les maux sont des attitudes qui, l’histoire en témoigne, ne peuvent conduire qu’au pire. (…) Les organisations syndicales sont déterminées à empêcher l’instrumentalisation du syndicalisme par le Front national qui n’est pas un parti comme les autres et dont les orientations sont à l’opposé des valeurs qu’elles portent. Les organisations syndicales sont aussi garantes du respect de ces valeurs au sein de leurs organisations et par leurs militants. »

Ils ont dit

Dialogue à l’occasion d’un duplex sur i>Télé le 20 février 2012. Marine Le Pen en direct de Lille : « Je vois que les petits chatons que vous êtes continuent de courir après les baballes qu’il (Jean-Marie Le Pen) vous lance. Ça prouve que les choses ne changent jamais vraiment ». Marc Fauvelle sur le plateau : « La baballe est un poète qui a été fusillé pour collaboration avec les Allemands, merci à vous ». Marine Le Pen : « C’est trop facile de terminer comme ça, demandez à Nicolas Sarkozy quel est son livre de chevet, je crois que c’est Céline ».

Philippe Chaffanjon, directeur de France Info : « Pourquoi aller chercher ailleurs des talents que nous avons en interne ? »

« Mauvais et antipathique », « le binôme (avec Léa Salamé) est en parfaite osmose… aussi prétentieux l’un que l’autre (…) », trop de mise en scène de leurs propres personnes et un manque de simplicité que je trouve regrettable… » « con et prétentieux », « ça suffit ! trop nul, trop prétentieux. Comment s’en débarrasser ? », « Insupportable petit-bourgeois de « l’esprit Canal » qui se prend sans doute pour quelqu’un de subversif alors qu’il n’est qu’un animateur qui fait le tapin pour l’oligarchie politico-financière », commentaires anonymes parus sur le site top.journaliste.com, un site de notation des journalistes.

Crédit photo : Twitter@Marcfauvelle

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.