Laurent Bazin

Télécharger en PDF

Dernière modification le 21/01/2015

Laurent Bazin,
le bon copain du matin

Laurent Bazin est né à Paris en 1966. Le journaliste de RTL et France 5 est réputé pour être un épicurien, amateur de bon vin. Propriétaire d’un vignoble dans l’Aude, il a également un blog intitulé Le Vin de mes amis.

Formation

Il est diplômé de l’École supérieure de journalisme de Lille (promotion n°62, année 1986).

Parcours professionnel

Depuis ses débuts comme reporter à TF1, Laurent Bazin a toujours partagé sa vie professionnelle entre la radio et la télévision.

Au tout début des années 1990, le jeune journaliste intègre TF1 comme reporter. Après avoir réalisé des reportages pour les journaux de la chaîne, il devient correspondant à Washington (1992-1993) et Jérusalem (1997-1999).

En 1999, Laurent Bazin passe à LCI, filiale de TF1 où il anime l’émission « Question d’actu » pendant cinq ans.

La première expérience radiophonique du journaliste parisien a lieu à Europe 1, pendant la saison 2004-2005. Il y anime la tranche horaire 18h30-20h ainsi que l’émission « Arrêt sur Infos ».

Entre 2005 et 2010, Laurent Bazin travaille à i>Télé, la chaine d’information en continue du groupe Canal+. D’abord co-animateur de la matinale avec Nathalie Iannetta, le journaliste prend aussi en charge le rendez-vous politique de la chaîne, « Franc Parler », en partenariat avec France Inter et Le Point (puis Le Monde).

Pendant la campagne présidentielle de 2007, Laurent Bazin et sa complice Nathalie Iannetta proposent l’émission « Élysée 2007 ».

Mais en 2008, le duo se défait avec le départ de Nathalie Iannetta. Laurent Bazin reste seul à la matinale d’i>Télé pour sa dernière saison. A partir de 2009, le reporter livre un éditorial quotidien et anime l’émission « Arrêt sur Infos ». Une fois par semaine, les spectateurs le découvrent également en arbitre des élégances entre les deux débatteurs Éric Zemmour et Nicolas Domenach qui se retrouvent dans l’émission « Ça se dispute ».

Entre octobre 2006 et janvier 2007, Laurent Bazin a tenu un blog sur l’actualité politique et les coulisses de la télévision. Il a du le fermer après quatre mois d’activité sur demande de la chaine i>Télé.

La période i>Télé, qui a permis à Laurent Bazin de se faire repérer, se termine en 2010. Le journaliste-animateur passe alors sur RTL pour co-animer la tranche de la mi-journée.

Avec Élisabeth Martichoux, il est aux commandes de l’émission d’information « RTL Midi » et de la libre antenne « Les auditeurs ont la parole ».

En 2011, il effectue un retour partiel à la télévision en devenant le joker d’Yves Calvi (également sur RTL) pour animer l’émission de France 5 « C dans l’air ».

En septembre 2012, il cumule ce poste avec celui de matinalier sur RTL. Il anime « RTL Matin » de 7h à 9h puis l’émission culturelle « Laissez-vous tenter » de 9h à 9h30.

À la rentrée 2013, il anime sur France 3 un nouveau rendez-vous, Tout peut changer, diffusé en prime le lundi. Mais le magazine de débat sur des sujets de société effectue des scores d’audience médiocres, et n’est pas renouvelé pour une deuxième saison.

Il quitte son poste d’animateur de la matinale de RTL à la rentrée 2014. Selon lui, ce départ n’est pas dû à l’audience en baisse les mois qui ont précédé, mais simplement à une arrivée à terme de son contrat. Il est remplacé par Yves Calvi.

C’est au cours de la même période qu’il rejoint La Chaîne Politique (Public Sénat), pour y animer en alternance avec Claire Barsacq « Le Débat », en remplacement du défunt Benoît Duquesne.

Parcours militant

Non renseigné

Publications

Tous paranos ? Pourquoi nous aimons tant les complots…, éditions de l’Aube, collection L’Urgence de comprendre, 2012 (co-écrit avec Pierre-Henri Tavoillot)

Ce qu’il gagne

Non renseigné.

Il l’a dit

« Apparemment, dans ma volonté de tout vous raconter, des repas aux coulisses et des plateaux au maquillage, ce sont mes confrères qui ont le plus souffert. En trois mois, j’ai ainsi blessé des journalistes politiques plein de talent et à qui je croyais rendre hommage. Exaspéré d’autres qui ne comprenaient pas mon parti-pris. Déclenché la colère enfin d’amis ou d’amis-d’amis qui se sont sentis mis en cause.

Je le regrette. Je m’en excuse, même si je considère tout cela comme un immense malentendu. Mais je suis un salarié, mon entreprise a des actionnaires et des intérêts et – sauf à vouloir jouer les chevaliers blancs – je ne peux continuer à mener parallèlement ces deux vies éditoriales. Se trouver dans la situation de co-animer une antenne, de vivre dans une rédaction et de tenir par ailleurs un blog-note où l’on se sent libre de « raconter tout ce qu’on vous a raconté » est littéralement schizophrénique.

Au plus petit niveau, jusque dans les relations amicales, théoriquement privées, on est toujours en connivence avec quelqu’un… On se retient toujours de livrer une information dont on ne se priverait pas s’il s’agissait d’un inconnu.

Tant que l’on est salarié, que l’on travaille avec une équipe, toute vérité n’est pas bonne à dire. C’est comme ça. Je ne voudrais pas faire les choses à moitié. Je cesse donc d’écrire », billet posté sur son blog pour expliquer pourquoi il cesse d’y poster des articles, 24/01/2007.

« La matinale, c’est une grande table de petit-déjeuner avec tous les animateurs, c’est très sympa. J’ai envie que les auditeurs puissent y être présents », Buzz Médias Orange – Le Figaro – 28/08/2012.

« Je crois que j’ai toujours eu envie d’être journaliste. Je jouais à 10 ans à faire des émissions de radio avec mon frère ! À part un bref moment à l’adolescence où j’ai caressé l’envie de devenir vétérinaire, ça ne m’a jamais lâché », Paroles d’actu, 30/09/2012.

Sa nébuleuse

Nathalie Iannetta – Alain Duhamel – Alba Ventura – Jean-Michel Aphatie – Agnès Bonfillon – Philippe Corbé – Bruce ToussaintPatrick Cohen – Louis Bodin – Yves Calvi.

Crédit photo : RTL (DR)

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.