Joseph Macé-Scaron

Joseph Macé-Scaron

Télécharger en PDF

Joseph Macé-Scaron,
du Figaro à Marianne

État civil

Nom : Macé-Scaron
Prénom : Joseph

« D’abord petit-bourgeois marié, deux enfants, il a tombé son costume de réac tendance “Figaro” pour devenir ce personnage d’intello gay promenant avec une superbe seigneuriale ses biceps tatoués, ses pantalons en cuir et ses polos Fred Perry sur les plateaux télé et dans les boîtes du Marais. » (Le Nouvel Observateur – 15 septembre 2011)

Joseph Macé-Scaron est né le 29 mars 1958 à Paris d’un père légionnaire qu’il n’a pas connu et de sa mère, vendeuse en magasin. Il se fait appeler Macé-Scaron de Macé (nom de son père) et Scaron (du nom de sa mère). Catholique converti au christianisme orthodoxe en 1986, il est également franc-maçon mais se serait également inventé des origines juives. Écrivain encensé par la critique, notamment pour son roman autobiographique « Ticket d’entrée », il est cependant accusé de plagiat en août 2011 par le site Acrimed. Il aurait repris des passages entiers d’un livre intitulé « American Rigolos », de Bill Bryson. Joseph Macé-Scaron rejette les accusations de plagiat et se défend en invoquant des « emprunts » – dont seraient coutumiers tous les auteurs – et le concept d’intertextualité… Depuis, l’hebdomadaire L’Express, puis le site d’information Slate ont dénoncé de nouveaux emprunts (à Rachel Cusk, Victor Malka voire Jünger, Cioran ou Giono). En tant que journaliste, il aurait également « emprunté » à divers critiques littéraires. Le directeur de Marianne, Maurice Szafran, le conservera néanmoins comme directeur-adjoint du magazine mais lui retirera ses éditoriaux.

Formation universitaire

Élève des classes préparatoires littéraires (hypokhâgne et khâgne) du lycée Pasteur de Neuilly-sur-Seine. Il passe par la faculté des Lettres de l’université de Nanterre d’où il sort licencié en Histoire et en Philosophie ; il entre ensuite à l’Institut d’études politiques de Paris.

Parcours professionnel

Joseph Macé-Scaron commence sa carrière comme reporter au journal Magazine Hebdo (1983-1985), puis il rejoint la direction du Figaro comme chef adjoint du service politique (1985-1995). Il est grand reporter au Point (1995) puis devient rédacteur en chef au Figaro, responsable des pages Idées. Il sera brièvement directeur de la rédaction du Figaro Magazine (2003) avant d’être démis de ses fonctions quelques mois après l’arrivée de son nouveau propriétaire, Serge Dassault. En 2007, il affirmera avoir été contraint de démissionner du Figaro pour avoir refusé de céder à des pressions venant des milieux sarkozystes.

Il est aujourd’hui directeur adjoint de l’hebdomadaire Marianne, directeur du mensuel Le Magazine Littéraire et a été producteur d’une émission de critique littéraire sur France Culture : Jeux d’épreuves jusqu’en juin 2011.

Il collabore à de nombreuses émissions audiovisuelles : sur RTL, dans l’émission de Christophe Hondelatte On refait le monde ; il est chroniqueur au Grand Journal de Canal+ ; débatteur dans La Grande édition sur i>Télé, etc… En février 2011, Joseph Macé-Scaron devient chroniqueur dans l’émission C à vous où il remplace Nicolas Poincaré, parti sur Europe 1. Il n’y interviendra que quelques jours, arrêtant sa collaboration dès mars 2011.

Parcours militant

Joseph Macé-Scaron débute son parcours politique à la Nouvelle Action Française en 1972. Il est ensuite membre du GRECE de 1978 à 1985 dont il aurait été permanent au sein de la cellule presse. On le retrouve comme assistant parlementaire du centriste Jacques Barrot et plume du CDS.

Dans Libération (27 juin 2011), il indique avoir voté Mitterrand au deuxième tour en 1981 ; en 1988, Barre au premier tour et Mitterrand au second. En 1995 : blanc. En 2002 : Chirac. En 2007 : Bayrou puis Royal.

Publications

  • Trébizonde avant l’oubli (Laffont)
  • Le Cavalier de minuit (Julliard)
  • Les Politocrates a été couronné du prix du Livre politique
  • La Tentation communautaire (Paris : Plon, 2001), un des premiers essais à s’interroger sur les méfaits du communautarisme.
  • Montaigne, notre nouveau philosophe a reçu le prix de la maçonnerie française 2003 dans la catégorie humanisme et le prix Charles Oulmont de la Fondation de France.
  • L’Homme libéré (Paris : Plon, 2004).
  • Ticket d’entrée, (éd. Grasset, mai 2011). – Prix de La Coupole 2011

Collaborations

Ce qu’il gagne

10 000 euros nets par mois (source : Libération – 27 juin 2011)

Il l’a dit

« Le référendum a été institué en Suisse pour des avancées démocratiques ; pas pour être posé sur des questions de société ; c’est une perversion de ce qu’a été le référendum en Suisse. » (On refait le monde – RTL – 29 novembre 2010 – nominé aux Bobards d’Or 2011)

« Il n’y a pas de malhonnêteté intellectuelle de ma part, ni de dissimulation. Je reconnais dix fois des emprunts au livre de Bill Bryson, qui n’étaient pas du tout cachés mais l’une des clés de ce roman, et je rejette le terme de plagiat (…) Cette prétendue découverte des emprunts, c’est aussi une manière de se payer quelqu’un qui a un succès littéraire et appartient à un média, Marianne, dont on dit qu’il est donneur de leçon ».

Sa nébuleuse

Membre du Grand Orient de France.

Crédit photo : On n’est pas couché, France 2 (2011)

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.