Jérôme Bellay

Jérôme Bellay

Télécharger en PDF

Jérôme Bellay,
pilier du groupe Lagardère

Jérôme Bellay, de son vrai nom Dominique Quenin, est né le 10 octobre 1942 à Châlons-en-Champagne. Il est marié à la chanteuse Karen Cheryl (de son vrai nom Isabelle Morizet).

Formation universitaire

Jérôme Bellay serait titulaire d’un baccalauréat.

Parcours professionnel

Jérôme Bellay débute sa carrière dans la presse écrite en 1961, dans le quotidien L’Union de Reims, avant d’entrer à l’ORTF en 1965 où il couvre l’actualité à Cayenne. Il est nommé en 1981 directeur de l’information de Radio France. Professionnel reconnu, il est le créateur de France Info en 1987, dont il assure la direction de l’information jusqu’en 1989. En 1994, il créée la chaine LCI, filiale de TF1. En 1996, il rejoint le groupe Lagardère, pour assurer la direction générale de l’antenne d’Europe 1, alors en lourde perte d’audience. Il y applique le concept de “News and Talk”, basé sur l’information et des débats sur l’actualité. Il est remplacé en 2005 par Jean-Pierre Elkkabach, mais reste administrateur de Lagardère active broadcast et membre du comité de direction de Lagardère active.

Depuis septembre 2000, Jérôme Bellay est président-directeur-général de la société Maximal Production, qui produit des reportages, des documentaires et des magazines d’information, notamment l’émission quotidienne C dans l’air d’Yves Calvi. La société dépend depuis 2008 de Lagardère entertainment, filiale de Lagardère active, qui réunit l’ensemble des activités de production et de distribution audiovisuelles du groupe Lagardère. Maximal Production a produit notamment l’intervention télévisée du président de la République du 27 octobre 2011, consacrée à la crise de la zone euro : une émission basée, d ‘après TF1, sur “une idée originale de Jérôme Bellay” (Le Monde – 17-10-2011). Maximal Production assure, en janvier 2012, une nouvelle intervention du chef de l’État diffusée sur 9 chaînes de télévision.

À l’été 2011, Jérôme Bellay est nommé au poste clé de directeur du Journal du Dimanche, autre titre phare du groupe Lagardère, en remplacement d’Olivier Jay. Jérôme Bellay dira aux journalistes du JDD « Je ne serai pas de ceux qui feront tout pour que Nicolas Sarkozy ne soit pas réélu ».

Parcours militant

Publications

  • Le seigneur des dos-pelés (1979)
  • Le chercheur d’opale (1983)
  • Entre les lignes ou le journaliste assassiné (2008)

Collaborations

Ce qu’il gagne

Il l’a dit

« Si j’étais proche de l’UMP, cela ferait longtemps que je serais patron de France 2 et France 3 ! Avec mon savoir-faire et ma personnalité, si, en plus, je suis dans les papiers du pouvoir, il faut me donner la plus grosse responsabilité… Il n’y a pas moins politique que moi. » (Stratégies magazine n°1303)

« J’estime qu’une femme qui parle d’insécurité n’a pas à être taxée de racisme. Quand bien même il y aurait eu des propos discutables, il faut m’expliquer comment on peut combattre des idées sans qu’elles soient exprimées. » (Le Soir – 28 septembre 1996)

Sa nébuleuse

Jérôme Bellay est PDG de Maximal Production, qui fait partie du groupe Lagardère Entertainment, lui-même dépendant de la branche Lagardère Active qui détient également 17 % du groupe Le Monde SA et 20 % de Canal+ France (groupe issu de la fusion des bouquets satellitaires CanalSatellite et TPS). Ce pôle dispose en outre d’une dizaine de chaînes thématiques, notamment dans la musique (MCM, Europe 2 TV…) ou les programmes destinés à la jeunesse (Canal J, Gulli). Le groupe reste seul maître à bord de la radio Europe 1, dirigée début 2011 par l’énarque et normalien Denis Olivennes, ancien directeur général délégué du Nouvel Observateur, qui a également pris en charge la direction opérationnelle d’un nouveau pôle d’information de Lagardère active regroupant Europe 1, donc, mais aussi Paris Match, Le Journal du Dimanche, ainsi que Newsweb, filiale d’informations en ligne du groupe qui édite le JDD.fr (source : Les médias en servitude – éditions Polemia, décembre 2011).

Crédit photo : On n’est pas couché, France 2 (2008)

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.