Guillaume Durand

Mardi, l’Ojim croque Guillaume Durand…

Télécharger en PDF

Guillaume Durand :
dandy rive droite

« Oui, j’ai mauvais goût! J’adore porter des costards à rayures et rouler dans des bagnoles couleur rose bonbon. Oui, j’ai beaucoup voyagé dans le PAF. Mais ces vagabondages ont eu du bon. On est très mal placé, comme des papillons collés sur une époque, pour la juger. » « Guillaume Durand : “Oui, je sais, j’ai mauvais goût” », L’Express.fr, 28/08/1997

« Il est comme ça, Guillaume Durand. Il name-droppe à tout-va et assume d’où il vient, ce qu’il est devenu. Un mondain de la rive droite (côté Triangle d’or), collectionneur d’art, ami des artistes et des people de la terre entière. Mais aussi journaliste tout-terrain, interviewer de talent. » « Dans l’appartement de Guillaume Durand », L’Express Styles, 25/01/2012

Un prénom choisi en hommage à Guillaume Apollinaire, des parents fortunés et organisateurs en mai 1968 d’une manifestation de marchands de tableaux en colère, membre du Club Le Siècle, époux d’une descendante d’un président de la République, Guillaume Durand est l’archétype de cette pensée Bobo (bourgeois –bohême) dominant dans les médias. Ce touche-à-tout, passionné de culture (en particulier de littérature) est né en septembre 1952 à Boulogne-Billancourt. Collectionneur d’art et héritier de deux importantes familles de marchands de tableaux, les Durand et les Luce, il est le fils des galeristes Lucien et Nicole Durand qui ont été des initiateurs de l’avant-garde en France dans les années 1960, lançant notamment le sculpteur César. En décembre 2009, Guillaume Durand a vendu douze de ses œuvres (Robert Combas, Gudmundur Erro, Mimmo Paladino, Cesar, Andres Serrano, etc.) lors d’une vente aux enchères.

Lucien Durand, né le 14 juillet 1920, est le fondateur de la galerie Ariel et de la galerie Lucien Durand. Au cours de sa carrière, il a été décoré à de nombreuses reprises : Chevalier de la Légion d’honneur, Officier de l’ordre national du Mérite, Chevalier des Arts et des Lettres. Selon Guillaume Durand, son père a acheté « le presbytère d’Autouillet (Yvelines). Dans le petit cimetière abandonné qui jouxte la maison, il bronze dans un hamac et a installé un barbecue entre deux tombes. Moi, j’y faisais des pâtés de sable. » (vsd.fr, 29/07/2008)

Guillaume Durand

Guillaume Durand croqué par SuzyQ

Marié deux fois, Guillaume Durand a cinq enfants. Il épouse sa première femme, Muriel, en 1978, avec laquelle il a trois enfants. Grâce à sa belle-mère, il décroche à 26 ans un rendez-vous à Europe 1 avec Étienne Mougeotte. En avril 2009, il épouse Diane de Mac Mahon, réalisatrice et directrice d’antenne de la chaîne i>Télé entre 1999 et 2002. Elle est la fille du comte Patrick (fils du 3e duc de Magenta 1903-1954 et de la comtesse Marguerite de Riquet de Caraman-Chimay 1913-1990) et de Béatrix de Blanquet du Chayla. Diane de Mac Mahon est la descendante de Patrice de Mac Mahon, maréchal de France et 3ème président de la République française. Elle a épousé Frédéric Beigbeder en mai 1991 avant de divorcer en mars 1996.

Formation

Prépa HEC au lycée Janson-de-Sailly. Maîtrise d’histoire et de géographie.

Parcours professionnel

Professeur d’histoire-géographie, il enseigne durant trois ans dans des écoles privées.

1978 à 1987 : Par l’entremise de sa belle-mère, il décroche à 26 ans un rendez-vous à Europe 1 avec Étienne Mougeotte. Grâce à son bon niveau en anglais, il y devient journaliste, d’abord comme reporter puis comme présentateur de flashs d’information. Rédacteur en chef adjoint chargé du journal de 8 heures, puis de la tranche 7 h-8 h.

En 1987, il rejoint La Cinq de Silvio Berlusconi et de Robert Hersant pour y présenter le journal de 20 heures jusqu’en 1991. En parallèle, il présente deux émissions en direct : « Face à France » et « Au cœur de l’affaire ». Il dirige par la suite, sous la houlette de Patrice Duhamel et de Catherine Barma, « Les absents ont toujours tort ».

De juin 1994 à juin 1997, il est directeur adjoint de la rédaction de la chaîne d’information en continu LCI. Parallèlement, il anime « LMI », le grand rendez-vous politique de TF1.

De septembre 1997 à juin 1999, il présente et produit « Nulle part ailleurs » sur Canal+. Il sera selon lui « renvoyé d’une manière brutale et intolérable » par le directeur des programmes de Canal+, Alain de Greef, et le responsable de la rédaction, Bernard Zekri.

À la rentrée 1999, il retrouve Europe 1 pour présenter une série d’interviews du lundi au vendredi entre 18 h 30 et 19 h. Parallèlement, il rejoint en septembre 2001, France 2, pour animer un magazine littéraire « Campus », le magazine de l’écrit, ainsi que « Trafic.musique » à partir d’octobre 2002.

En septembre 2004, il arrive sur la chaîne i>Télé pour réaliser une interview quotidienne, tout en continuant ses deux émissions sur France 2.

À la rentrée 2005 jusqu’en janvier 2006, Guillaume Durand présente chaque vendredi, « Le Franc Parler ». Ses deux émissions sur France 2 fusionnent dans une nouvelle version de « Campus ».

À la fin de la saison 2005/2006, il quitte I>Télé en raison d’une clause d’exclusivité avec France 2. En septembre 2006, il crée l’émission « Esprits libres » sur France 2, qui remplace « Campus ».

En septembre 2007, il revient sur Europe 1 pour animer l’émission de libre-antenne « À l’air libre ».

À la rentrée 2008, il est remplacé sur Europe 1 et « Esprits libres » n’est pas reconduit sur France 2. Il anime « L’objet du scandale ».

En septembre 2009, il succède à Jean-Luc Hees à la présentation de la matinale de Radio Classique.

À partir de septembre 2010, il présente « Conversation inédites face aux français » un mardi sur deux sur France 2 en deuxième partie de soirée.

À partir de janvier 2011, son interview matinale sur Radio Classique est diffusée également sur la chaîne d’information en continu i>Télé. Il co-présente « En route vers la présidentielle » avec Michaël Darmon, chroniqueur politique sur i>Télé.

En septembre 2011, il rejoint la chaîne Paris Première pour y animer « Rive Droite », où il organise tous les mercredis des dîners dans son appartement de 400 m2.

Parcours militant

Durant ses années d’étudiant, Guillaume Durand côtoie le milieu gauchiste estudiantin. À Bologne, en Italie, il participe à un happening, la réunion des « gouines rouges », un mouvement féministe lesbien radical crée en 1971. Par ailleurs, il est réformé P4 après avoir broyé des coquilles Saint-Jacques devant le psychiatre militaire. (vsd.fr, 29/07/2008)

Ce qu’il gagne

Selon l’ouvrage Le tien du mien : regards sur les conflits d’intérêts dans l’information, de Bertrand Verfaillie, Guillaume Durand perçoit 15 000 euros par ménages (animations de colloques ou séminaires).

Publications

La peur bleue, éditions Grasset, 2000, 267 p.

Collaborations

Janvier 2013 : Il présente avec Laurence Ferrari, Nagui (France 2), Thierry Guerrier (Europe 1) et Difool (Skyrock), une soirée en faveur du mariage homosexuel au théâtre du Rond-Point. Cette soirée était organisée par Pierre Bergé et Jean-Michel Ribes, directeur du théâtre.

Janvier 2013 : Il participe à l’inauguration du restaurant parisien « La Petite Maison de Nicole » en compagnie d’Alain Delon, la comédienne Véronique Jannot, Nicole Rubi, Dominique Desseigne, président-directeur général du Groupe Lucien Barrière, Christian Estrosi, le maire de Nice, le producteur et animateur de Canal+ Thierry Ardisson, Marc-Olivier Fogiel, Patrick Poivre d’Arvor, Inés Sastre, la journaliste Valérie Expert, le président du Directoire de RTL Christopher Baldelli, Philippe Vandel, Cristina Cordula, Marie-Anne Chazel, Bruce Toussaint et Philippe Tesson.

Mai 2011 : Participe à la croisière « avec Antoine Sfeir et les personnalités qu’il a réunies autour de lui » organisée par Intermèdes sur le thème « Vers les frontières orientales de l’Europe ».

Juin 2010 : Animateur lors de la 2ème cérémonie lors du « Cercle de tous les talents » organisée par le Groupe IGS, l’ANDRH, la Maison Jean Vilar et DPF Conseil.

Janvier 2010 : Membre du jury du prix littéraire de l’hôtel la Mamounia de Marrakech.

Janvier 2010 : Modérateur lors de la conférence-débat sur le thème : « Liberté d’Expression : La Controverse » dans le cadre du 46ème Congrès National de la Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme (LICRA). « Rapport d’activités 2010 de la LICRA »

Septembre 2009 : Animateur lors de la plénière « Notre planète du Pôle Sud au Pôle Nord » lors de l’université d’été du MEDEF.

Août 2008 : Animateur des débats « L’opinion publique : titan ou tyran ? » et « Quand les médias plombent, quand les médias permettent » lors des universités d’été du MEDEF.

Octobre 2006 : Modérateur lors de la session plénière « Les médias face au débat de l’identité » lors de la 7ème foro de Biarritz « Identités, intégrations ».

Mai 2005 : Animateur du débat « sur la tension entre la proximité et la diversité des cultures européennes, du point de vue des artistes et des créateurs à partir de leurs différents métiers et disciplines » lors des rencontres pour l’Europe de la culture.

Il l’a dit

« C’est ainsi qu’années après années, au gré des différentes majorités politiques, les journalistes se mettent invariablement dans le sens du vent, avec l’espoir de prendre le moment venu la bonne vague. Ce n’est pas un sillage politique, ni le signe d’une adhésion quelconque à une idéologie ou à un homme, -hier, Nicolas Sarkozy, aujourd’hui, François Hollande-, mais plutôt un reflexe d’opportunisme. Finissons-en avec ce bal des courtisans. Si l’on veut faire virer tous les Elkabbach de la planète, il faut faire partie, tantôt du “Sarkotour”, tantôt du “Hollandotour”. Beaucoup vont « à la soupe » et reproduisent d’haïssables et mêmes réflexes. J’ai trop vécu 1981 à Europe 1 et ses coupeurs de têtes pour me méfier de ces périodes nauséeuses », « Il faut en finir avec le bal des courtisans », L’Express.fr, 18 mai 2012.

« Si je me suis amusé à taper sur Rémy Pflimlin, c’est justement parce qu’il incarne tout ce qui doit disparaître : cette génération de dirigeants qui font carrière à coup de réseaux et d’antichambres. (…) C’est ainsi que Rémy Pflimlin doit disparaitre, non pas comme la marque d’un basculement du pays à gauche, mais comme le signe symbolique d’une indépendance retrouvée. Et ne pensez pas que tout ce que je dis là relève d’une posture destinée à me remettre en selle à France Télés ! Dans le but de m’amadouer, Pflimlin m’avait proposé une dizaine d’émissions, que j’avais refusées, au nom d’un principe : on ne m’achète pas! » Ibid.

« Si tous les juifs et les arabes de France qui nous regardent ce soir, s’ils ont l’impression que leurs destins, c’est le destin raconté par Éric Zemmour, c’est règlement compte dans les parkings. » (Source)

« Pourquoi toujours le patrimoine et jamais la création contemporaine ? S’ajoute à cela une question sociale et politique, je ne vois pas comment on va intégrer les banlieues si on les bassine avec Vercingétorix, le héros de l’Académie Marc Fumaroli ou Chateaubriand, dont le Génie du christianisme doit être quand même assez loin des préoccupations de Joey Starr », « Guillaume Durand critique la “télé populaire à tout prix », lepoint.fr, 30 septembre 2010

« La télévision, en France, n’est pas un métier d’indépendant », « La télévision, en France, n’est pas un métier d’indépendant », lepoint.fr, 02 avril 2012.

« Les gens qui ne risquent rien sont pour moi d’un profond ennui », « Guillaume II », lepoint.fr, 13 janvier 1994.

« Oui, j’ai mauvais goût! J’adore porter des costards à rayures et rouler dans des bagnoles couleur rose bonbon. Oui, j’ai beaucoup voyagé dans le PAF. Mais ces vagabondages ont eu du bon. On est très mal placé, comme des papillons collés sur une époque, pour la juger. J’ai eu la chance de traverser une très riche décennie télévisuelle, celle des années 80 », « Oui, je sais, j’ai mauvais goût », L’Express.fr, 28 août 1997.

« Les journalistes de ma génération ont eu pendant très longtemps un complexe envers l’Amérique. Dès 1985, c’est-à-dire au moment des premières privatisations dans l’audiovisuel, beaucoup parmi nous ont essayé de rattraper, avec une gourmandise qui était dans mon cas assez prononcée, les années de retard prises par une télévision par trop complaisante. D’où l’impression que j’ai pu laisser parfois : celle de faire la guerre du Golfe dans ma salle de bains. », Ibid.

« Je n’aime pas les gens qui vomissent sur leurs employeurs, c’est insupportable », Ibid.

« L’art est toujours perçu comme un truc de bourgeois mondain qui a du pognon, dit-il. Collectionner, c’est soit une dérive de l’argent, soit de la mondanité, les gens n’arrivent pas à imaginer que ça puisse être une passion pure, pourtant, moi, la peinture me bouleverse », « Dans l’appartement de Guillaume Durand », L’Express Styles, 25janvier 2012.

« Vous savez que le marché est mondial pour la main-d’œuvre. Quand le salaire augmente et que les charges sociales restent trop importantes, il y a un moment où le patron émigre (…), Vous ne pouvez pas empêcher les entreprises de comparer les coûts des Français (…) et ceux des Coréens », cité dans Les nouveaux chiens de garde, Nouvelle édition actualisée et augmentée (2005), Serge Halimi.

« L’émission qui montre le mieux cette métamorphose positive, c’est incontestablement “Télématin”, la matinale de France 2. Il y a encore un an, sur une vingtaine de visages à l’antenne, aucun ne représentait la diversité. Depuis, “Télématin” s’est littéralement transformé… physiquement. (…)Même constat, avec la qualité des contenus en plus, pour les émissions comme “Les mots de minuit” de Philippe Lefait ou “Esprit Libre” de Guillaume Durand qui accueillent plusieurs chroniqueurs non réguliers », Club Averroes, Rapport 2007 la diversité dans les médias.

Sa nébuleuse

Club Le Siècle : Membre de ce club fondé en 1944, réunissant, depuis plus de 60 ans, la quasi-totalité du pouvoir politique, économique, financier ou médiatique français. Soit environ 600 personnes qui concentrent entre leurs mains l’essentiel du pouvoir. Tout gouvernement, qu’il soit de droite ou de gauche, a du tiers à la moitié de ses membres qui y appartient (Emmanuel Ratier, Au cœur du pouvoir). D’autres journalistes participent à ces dîners mensuels comme Laurent Joffrin, David Pujadas (France 2), Michel Field (Europe 1), Patrick de Carolis, Arlette Chabot (Public Sénat), Alain-Gérard Slama (Le Figaro, France Culture), Claude Imbert (Le Point), Franz-Olivier Giesbert (Le Point, France 2), Emmanuel Chain ou encore Pierre Assouline.

Ils ont dit

« Je suis déçu, mais pas surpris. C’est une habitude chez lui de tirer dans le dos. L’amertume est vilaine conseillère. Il s’en prend à celui qui lui a offert une émission sur Europe 1 pendant un an et ne tarit pas d’éloges sur ceux [Alexandre Bompard] qui ne le prennent même plus au téléphone. Et probablement avec raison. (…) J’ai commis une erreur économique en lui confiant la case du 18-20 heures l’an passé. Il a une lourde responsabilité dans l’érosion des résultats d’Europe 1. Grâce à son « talent », des centaines de milliers d’auditeurs se sont retournés vers la concurrence, sans parler des annonceurs. Pendant un an, Guillaume s’est trouvé bien traité et heureux sur “Radio Sarko” s’appliquant à lui-même le slogan “Gagner beaucoup pour faire perdre beaucoup à Europe 1” », Elkabbach, « Guillaume Durand a l’indépendance à géométrie variable », lepoint.fr, 11 septembre 2008.

« Je n’ai pas été surpris que lui, le parangon de l’indépendance, puisse, à deux interviews d’intervalle, à la fois se réclamer de la liberté d’esprit et faire appel au président de la République pour l’aider à lancer sa première émission sur France 2. Il y a peu encore, il se vantait de ses agréables week-ends avec le Premier ministre de l’époque, Dominique de Villepin. Il a l’indépendance à géométrie variable. Il faut balayer devant sa porte avant de donner des leçons aux autres », Ibid.

« Guillaume, je le connais depuis longtemps. À la fin des années 1980, il était l’un des plus doués de sa génération. Il ne le sait peut-être toujours pas, mais son principal ennemi, c’est lui-même. Si j’ai un conseil à lui donner : du travail, du travail, et encore du travail. Personne ne pourra le lui reprocher, pas même France Télévisions », Ibid.

« Enfant gâté du PAF, surdoué du métier, dandy invétéré… », « Durand président de France Télévisions ? », lepoint.fr, 07 avril 2012.

« Il est comme ça, Guillaume Durand. Il name-droppe à tout-va et assume d’où il vient, ce qu’il est devenu. Un mondain de la rive droite (côté Triangle d’or), collectionneur d’art, ami des artistes et des people de la terre entière. Mais aussi journaliste tout-terrain, interviewer de talent », « Dans l’appartement de Guillaume Durand », L’Express Styles, 25 janvier 2012

Guillaume Durand à la conférence du MEDEF en 2008. Crédit : Olivier Ezratty (cc)

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.