Florence Aubenas

Télécharger en PDF

Florence Aubenas,
otage pour toujours

« Elle n’est pas une militante de la défense de la veuve et de l’opprimé. Elle s’intéresse aux gens, à tous les gens, que ce soient les personnes accusées à tort de pédophilie à Outreau, les participants au Festival de Cannes, en passant par les Hutus au Rwanda. Elle aime raconter des histoires ». Jean Hatzfeld, écrivain et ancien reporter à Libération « La reporter a été otage pendant cinq mois en Irak “Florence a toujours voulu être journaliste” » – L’actu, 14 juin 2005

Florence Aubenas est née le 6 février 1961 à Bruxelles. Journaliste et reporter de guerre (Algérie, Rwanda, Afghanistan, Irak) elle est devenue une icône de la profession après sa prise d’otage en Irak. Actuellement journaliste au quotidien Le Monde, spécialiste de la Syrie, Florence Aubenas, sur ce sujet sensible des reportages de guerre, sort rarement des clous des informations autorisées.

Fille de Jacqueline Aubenas, journaliste, critique de cinéma et chargée de cours à l’INSAS (Belgique) et sœur de Sylvie Aubenas.

Formation

Hypokhâgne et khâgne (classes préparatoires)

Diplômée du Centre de Formation des Journalistes (promotion 1984)

Parcours professionnel

1986 à 2006 : Secrétaire de rédaction, intègre le service Société, suivant les activités de SOS Racisme, puis étranger avant de devenir grand reporter au quotidien Libération. Elle a couvert de nombreux événements au Rwanda, au Kosovo, en Algérie, en Afghanistan et en Irak, ainsi que plusieurs grands procès en France.

5 janvier 2005 au 12 juin 2005 : Otage en Irak. Officiellement, la France n’a pas versé de rançon, le quotidien britannique Times évoque un versement de 10 millions de dollars (7,8 millions d’euros).

2006 : Quitte Libération pour rejoindre Le Nouvel Observateur.

De février à juillet 2009, elle prend un congé sabbatique, s’installe à Caen et s’inscrit comme chômeuse à Pôle emploi pour chercher du travail. Elle mène l’enquête sur la France des travailleurs précaires qui vivent avec un salaire inférieur au SMIC. De cette expérience naît le livre Le Quai de Ouistreham, publié en février 2010.

Avril 2012 : Elle rejoint Le Monde, elle couvre le conflit Syrien à partir de juillet en tant qu’envoyé spécial, aux côtés de l’armée syrienne libre.

Parcours militant

Du 2 juillet 2009 à juin 2012, elle présidente de l’Observatoire international des prisons (OIP). Depuis sa création à Paris en 1996, la « section française de l’Observatoire international des prisons s’attache à promouvoir le respect de la dignité et des droits fondamentaux des personnes incarcérées ». Cette « association fonde son action sur les dispositions de droit interne et les instruments internationaux relatifs aux droits de l’homme qui prévoient que chacun a droit, en tout lieu, à la reconnaissance de sa personnalité juridique et que nul ne peut être soumis à des peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants ». (source : OIP.org)

Signataire de l’appel du 18 septembre pour les sans-papiers : « Nous, artistes, musiciens, comédiens, réalisateurs, écrivains, plasticiens, professionnels de la musique, du spectacle, du cinéma, de l’information, de la culture, avec la majorité des citoyens français, nous déclarons solidaires des milliers de sans-papiers qui grandissent, étudient, et vivent à nos côtés dans notre pays. Nous refusons que des enfants, souvent nés et scolarisés en France, soient expulsés avec leurs parents vers des pays qu’ils ne connaissent pas ou plus et dont certains ne parlent même pas la langue. »

Signataire de « l’Appel citoyen : Face à la xénophobie et à la politique du pilori : liberté, égalité, fraternité » : « Ce texte d’appel, signé par plus de 50 organisations, réagit aux mesures gravissimes qu’envisagent Nicolas Sarkozy et son gouvernement. Par ses propos et par ses actes sécuritaires, la droite tente de modifier le débat politique de la rentrée et d’étouffer la contestation sociale. »

Publications

  • La fabrication de l’information. Les journalistes et l’idéologie de la communication., avec Miguel Benasayag, Paris, 1999, La Découverte.
  • Résister, c’est créer, avec Miguel Benasayag, 2002, La Découverte .
  • La Méprise : l’affaire d’Outreau, Paris, coll. « H.C. Essais », 2005, Seuil.
  • Grand reporter, 2009, Bayard.
  • Les détenus sont-ils des citoyens ? avec Julien Bach, Virginie Bianchi, Caroline Mécary, Patrick Marrest, Willy Pelletier et Évelyne Sire-Marin, 2010, éditions Syllepse.
  • Le Quai de Ouistreham, 2010, éditions de l’Olivier.

Collaborations

Avril 2012 : Marraine du « Festival des Droits Humains et des Cultures du Monde » à L’Haÿ-les-Roses.

Avril 2012 : Participante « Aux Livres, Citoyens ! – L’égalité en chantier »

Mars 2012 : Membre du jury de la 4ème Cérémonie des « Y’A BON AWARDS 2012 » pour faire « un état des lieux de 5 années de propos, dispositifs, idées, visuels et lois racistes de tous horizons. Plus que les propos et leurs auteurs, il s’agissait d’épingler de manière ludique un système qui continue à diviser en alimentant les préjugés et en utilisant des peurs racistes à des fins politiques. »

Invitée de Femmes Forum. Créé en 1985 sous le nom de Club L, réunit des femmes, reconnues comme des références dans leur profession, qui se rencontrent chaque mois pour échanger idées, points de vue et expériences en toute liberté et amitié, ce « Club comporte aujourd’hui 200 membres environ appartenant à tous les secteurs d’activités : haute fonction publique, magistrature, professions libérales, journalistes, grandes entreprises, professions artistiques…. »

Membre du comité de soutien du soldat israélien Guilad Shalit. Elle est présente en octobre 2009 lors de la conférence de presse de Noama Shalit avec Patrick Bruel.

Mars 2012 : Membre du jury Europe1Solidarité avec Stéphane Hessel, Martin Hirsch et Nicolas Poincaré.

Février 2012 : Journée pour la dignité de la personne humaine organisée par la pastorale des familles, la pastorale de la santé, la Mission Universelle, la pastorale des migrants et le Centre d’Etudes Théologiques de Caen.

Décembre 2008 : Participante aux « Conversations Essentielles et 6 milliards d’Autres au Grand Palais » avec Boris Cyrulnik, Xavier Emmanuelli, Jean-Claude Guillebaud, Martin Hirsch, Albert Jacquard, Axel Kahn, Plantu, Franck Riboud, Edgar Morin et Barbara Hendricks.

Février 2008 : Membre du jury du « 19ème Concours International de Plaidoiries pour les Droits de l’Homme ».

Ce qu’elle gagne

Elle l’a dit

« Le métier est menacé par l’esprit conventionnel et révérencieux. Le problème de l’imprimerie, c’est affreux, mais c’est industriel. Le fait qu’Internet bouffe la pub, c’est affreux mais c’est industriel. Les journalistes français n’ont pas fait leur révolution interne, comme les historiens l’ont fait avec l’école des Annales. Avant eux, étudier l’histoire c’était s’intéresser aux faits et gestes des rois, des reines ou des généraux. Ceux de l’école des Annales ont été les premiers à se pencher sur la société, à dire qu’il n’y avait pas de petite et de grande histoire. Dans la presse, il nous faut faire cette révolution-là. Il y a un espace gigantesque à conquérir entre le journalisme institutionnel et le micro-trottoir. Le plus dramatique, c’est que personne en France n’oblige à écrire sur une chose ou une autre, c’est la vision du journaliste qui est elle-même institutionnelle. » « Journaliste un métier à réinventer Centre de formation des journalistes de Paris, 60 ans »

« Terroriser les terroristes, c’est l’inverse de nos valeurs. Les pays démocratiques ne doivent pas singer les pays autoritaires et violents, comme l’ont fait les Américains ou les Britanniques. Évidemment, cette position pose de nombreuses questions, ce n’est pas si simple. Mais je continue à préférer le dialogue. » « Florence Aubenas découvre l’ordinaire » (source : regards.fr)

« Les gens qui deviennent journalistes sont différents de ceux d’il y a vingt ou trente ans. Les écoles de presse sont devenues systématiques. Aujourd’hui, quand on recrute un journaliste, il y a neuf chances sur dix qu’il sorte d’une école de journalisme ! Le profil n’est pas celui de gens de terrain, jeunes, mais plutôt de personnes ayant de bonnes compétences générales, de type Sciences-Po, avec un bac + 5 en poche. Il faudrait ouvrir cette sélection. » Ibid.

« C’est pourtant ce journal-là [Le Monde], âgé de 68 ans, qui lance un appel à candidatures ouvert aux jeunes gens de 18 ans à 25 ans, avec ou sans diplôme, même pas le bac, Français ou d’expression francophone, qui rêvent de journalisme. Qu’ils nous envoient avant le 15 juillet ce qu’ils aimeraient lire dans Le Monde et qu’ils n’y trouvent pas, ou pas assez (des textes, bien sûr, mais aussi des séries de photos, des vidéos, des webdocumentaires, du BD- reportage, etc.). A la rentrée, 68 d’entre eux seront sélectionnés et nous leur ouvrirons chaque jour nos pages, celles du journal et celles du site. Autrement dit, il s’agit de faire venir de partout des garçons et des filles pour nous raconter des histoires dont nous n’avons jamais entendu parler. » « “Le Monde” est un média sérieux, mais… » – Le Monde, 6 juin 2012

« Aujourd’hui, en lisant en parallèle les témoignages des rescapés d’Oradour en 1944 et ceux des survivants kosovars en 1999, la même pièce semble se rejouer à un demi-siècle de distance. Il y a là une similarité absolue dans l’horreur, non seulement dans le déroulé mais geste par geste, mot par mot, si bien que gommant les noms et les dates, on pourrait confondre les uns avec les autres. » Florence Aubenas et Miguel Benasayag, La fabrication de l’information. Les journalistes et l’idéologie de la communication.

« Mon nom est Florence Aubenas. Je suis française. Je suis journaliste et je travaille pour Libération. S’il vous plaît, aidez-moi. Ma santé est très mauvaise. Je suis également très mal au plan psychologique. C’est urgent maintenant. S’il vous plaît, aidez-moi. » « Florence Aubenas appelle à l’aide » – Métro, 02 mai 2005

« J’ai enregistré une douzaine de messages, des preuves de vie pour l’ambassade. Jamais ils ne m’ont demandé d’exprimer une revendication. Jamais je n’ai su le nom du groupe. Ils se sont toujours présentés comme des moudjahidins, des combattants sunnites contre les Américains en Irak. Jamais je n’ai entendu parler de rançon. Je ne sais toujours pas pourquoi j’ai été libérée, j’aimerais bien le savoir. » « Florence Aubenas a raconté sa détention : “Ma vie n’est pas fracassée” » – L’actu, 16 juin 2005

« Oui, c’est l’argument principal du régime contre les rebelles. Dans la région du Nord où j’ai passé un mois, je n’en ai pas rencontré. Il serait impossible pour des combattants étrangers d’y passer inaperçus : la rébellion recrute par famille, par village. Tout le monde se connaît, loge au même endroit. J’ai longuement interrogé des commandants sur l’existence de camps d’entraînement ou de soldats venus d’ailleurs. Eux non plus n’en connaissaient pas. Autre élément : la manière dont les rebelles se battent montrent la pauvreté de leur moyens, en armes et même en nourriture. Il n’y a même pas une kalachnikov par personne. Je pense que si Al-Qaida les épaulait, ils auraient moins de difficultés face à l’armée de Bachar Al-Assad. Cela dit, il faut rester modeste : la situation peut être différente dans d’autres parties du pays. » « Florence Aubenas : “Les rebelles syriens n’ont aucun doute : ils vont gagner” » – Le Monde, 16 août 2012

« Ce n’est pas un choix d’être “seulement” aux côtés de la rébellion : c’est une obligation dans le cas de figure syrien. Les journalistes n’ont actuellement pas de visa officiel (à l’exception de quelques-uns) : il nous faut donc entrer dans le pays clandestinement et continuer à y vivre et à y travailler de la même manière. Pas d’hôtel, pas de location de voiture, aucun des circuits habituels. Le seul réseau par lequel nous pouvons passer est celui des Syriens engagés, c’est-à-dire des opposants au régime, militaires ou pas. (…) “Rejoindre” n’est pas le mot que j’utiliserais. Mais, oui, j’aimerais aussi couvrir ce conflit de l’autre côté, si j’en avais la possibilité. » Ibid.

Sa nébuleuse

Miguel Benasayag, philosophe, psychanalyste, chercheur en épistémologie et ancien résistant guévariste franco-argentin. Prisonnier guévariste, Benasayag a pu bénéficier, grâce à sa double nationalité franco-argentine (sa mère juive française avait quitté la France en 1942), du programme de libération des prisonniers français en Argentine et se rendre ainsi en France en 1978. Militant dans la « nouvelle radicalité », il est l’auteur en 1999 du Manifeste du réseau de résistance alternatif. En 2007, en France, il soutient la candidature de José Bové à l’élection présidentielle. Il est membre du Comité de soutien de l’Association Primo Levi et du collectif « Malgré tout ».

Ils ont dit

« Jean de la Guérivière, Georges Marion, José Garçon, Florence Aubenas, Joëlle Stoltz, je pourrais vous citer une longue liste de journalistes capables de parler intelligemment de l’Algérie et qu’on ne peut accuser d’être des fanatiques de l’islam. Outre d’interdire l’accès à ces « intellectuels positifs », on dissuade les journalistes encore attachés à quelque probité intellectuelle en mettant au placard quiconque s’aventure à inviter ces empêcheurs de désinformer en rond. » Lounis Aggoun « Algérie : Les années de sang et le rôle des agents d’influence » (Réseau Voltaire).

« Christine Boutin, ministre du Logement, aurait “fait comprendre” à la production de “Revu et corrigé” sur France 5 qu’elle ne souhaitait pas débattre avec Jean-Baptiste Eyraud, porte-parole du Droit au Logement (DAL). Cet interdit politique a été révélé en direct, lors de l’émission du 28 octobre 2007, par Florence Aubenas. Retour sur l’incident. Car, comme le dit, fort à propos et non sans malice, la journaliste : “Il est intéressant de voir comment se fabrique l’information puisqu’on est dans une émission qui parle précisément de ça”. » « Paul Amar “ revoit et corrige” sur France 5 : sans “Droit au Logement”, mais jamais sans la ministre » (Acrimed).

Crédit photo : Kenji-Baptiste Oikawa sur Wikimédia (cc)

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.