Pierre Carles revient sur l’affaire Méric dans Siné Mensuel

Pierre Carles revient sur l’affaire Méric dans Siné Mensuel

Pierre Carles revient sur l’affaire Méric dans Siné Mensuel

Télécharger en PDF

Après les flots d’encre (de qualités diverses) déversés sur « l’affaire Méric », le cinéaste Pierre Carles apporte un point de vue original dans le dernier numéro de Siné Mensuel. Et si la mort inutile de Méric n’avait pas caché un antagonisme social profond ?

« Méric et ses amis n’ont ils pas été victimes d’un certain complexe de sécurité sociale ? Ne faut-il pas percevoir dans ce drame l’incapacité de certains membres de la petite bourgeoisie intellectuelle à percevoir à quel point un fils d’immigré espagnol Esteban Murillo… peut se sentir profondément humilié par des jeunes perçus comme des nantis ? ».

Au delà d’un marxisme simplificateur, la question mérite également d’être posée à propos des médias et d’une bonne partie des journalistes. « Si la presse a fait un tel battage… ce n’est pas en raison de l’empathie qu’elle éprouvait pour un militant d’extrême gauche mais parce que la plupart des responsables de l’information ont intuitivement perçu cette agression comme étant dirigée contre eux ». Autrement dit une grande partie des médias a négligé son devoir d’analyse des faits pour un réflexe de caste. Caste vous avez dit caste ? Non, finalement ce n’est pas si bizarre…

Source Siné Mensuel n°22, juillet/août 2013.

Voir aussi
L’affaire Méric II : les remous d’une imposture

et Affaire Méric : les médias ont-ils déliré ?

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook