A la une
Perdriel et Bergé : « On allait aux meetings de Mitterrand ensemble »

Perdriel et Bergé : « On allait aux meetings de Mitterrand ensemble »

Télécharger en PDF

Interrogé par Les Échos, le patron du Nouvel Obs est revenu sur les négociations avec le trio Bergé-Niel-Pigasse (actionnaires du Monde) pour la cession d’une part majoritaire de l’hebdomadaire.

« J’ai le sentiment de faire bien les choses. J’espère profondément transmettre une œuvre à des gens qui vont la défendre. C’est ma consolation. C’est une œuvre à laquelle je crois, à laquelle j’ai voué ma vie, et beaucoup d’argent. Je serais beaucoup plus riche si je n’avais pas dirigé Le Nouvel Observateur ! », explique Claude Perdriel.

Concernant les négociations, celles-ci ont débuté par l’intermédiaire de Xavier Niel. « Niel respecte certaines formes d’association. Et, donc, jamais il n’aurait fait ce qui se réalise aujourd’hui si les deux autres actionnaires du « Monde » n’avaient pas été d’accord », souligne-t-il par rapport aux réticences affichées par Pierre Bergé.

À propos de Bergé, justement, Perdriel « l’estime pour la passion qu’il a eue pour François Mitterrand, pour son mécénat, son soutien à un certain nombre de gens de gauche ». Et d’ajouter : « On allait aux meetings de Mitterrand ensemble, j’ai de bons souvenirs avec lui. » Bon copain, Perdriel estime que « les remarques de Pierre Bergé reprochant à la rédaction du Monde de ne pas tenir compte de ce qu’il pense prouvent le respect par les actionnaires de l’indépendance de la rédaction du Monde ».

Outre Pierre Bergé, c’est tout le trio BNP qui a toute son estime. « J’ai été frappé par la façon dont ils se sont comportés avec Le Monde. Je n’ai jamais rien lu dans les colonnes du Monde pour se plaindre de la façon dont les journalistes étaient traités », conclut Claude Perdriel.

Lire notre article sur la cession du Nouvel Obs aux actionnaires du Monde

Voir aussi nos infographies du groupe Le Monde, de Xavier Niel et de Matthieu Pigasse

Crédit photo : Le Figaro / le.buzz.media

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook