Pas photogénique, Marine Le Pen ?

Pas photogénique, Marine Le Pen ?

Pas photogénique, Marine Le Pen ?

Télécharger en PDF

Vendredi dernier, 14 décembre, lors d’une conférence de presse, Marine Le Pen a refusé l’accès à un photographe de presse de l’Agence France Presse.

Pour justifier ce refus, Charlotte Soula, sa directrice de cabinet, a déclaré à lAFP : « Vous vendez des photos d’elle qui sont aberrantes, tellement laides qu’elles frisent l’insulte. » « Ce n’est pas un truc de midinette. On a l’impression que c’est délibéré » a-t-elle ajouté.

Invitée à s’exprimer à ce sujet sur LCI, Marine Le Pen a considéré « que ces gens font de l’argent sur notre image, puisqu’ils vendent les photos qu’ils prennent. » Et la présidente du Front National de répondre aux accusations d’atteinte à la liberté d’expression : « C’est la liberté de faire de l’argent avec notre image ? Eh bien ma liberté c’est de leur dire non. Pour des raisons trop longues à expliquer. Ce n’est pas la liberté de la presse, c’est une entreprise commerciale. Vous faites de l’argent bien souvent avant de faire de l’information, c’est en tout cas le cas de ce photographe qui prend un malin plaisir à déformer des photos, ce qui ne me paraît pas très professionnel, pour pouvoir les vendre. Donc j’ai dit stop. »

De son côté, l’AFP a récusé « les accusations portées contre le photographe mis en cause auquel elle apporte tout son soutien » et a rappelé que ses journalistes « appliquent comme tous les journalistes de l’agence les règles d’impartialité qui sont l’un des fondements de la mission de l’AFP ». Même lors de l’agression d’un militant du Front National ?

Crédit photo : blandinelc via Flickr (cc)

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook