A la une
Olivier Bertrand, Marseille et le journalisme « viril »

Olivier Bertrand, Marseille et le journalisme « viril »

Télécharger en PDF

« C’est vrai qu’il y a quelque chose qui frappe quand on arrive dans cette ville. (…) Quelque chose d’animal, qui reléguerait celui qui ne peut pas, ou ne veut pas, en passer par la force. »

C’est le constat que fait, un peu désabusé, Olivier Bertrand, correspondant de Libération, dans la cité phocéenne. Dans un billet publié sur son blog, il raconte le « coup de fil ahurissant […], d’un journaliste de La Provence », qui « n’avait pas aimé un papier publié dans Libé ». Si l’on en croit Olivier Bertrand, le journaliste marseillais lui aurait déclaré « t’es une fiote et tu travailles dans un journal de merde », et également : « que tu sois un mauvais journaliste, ça me touche profondément parce que je suis journaliste aussi ». Des propos effectivement plutôt secs, et surtout plutôt inhabituels entre confrères…

Et le journaliste de Libé de conclure son propos par cette question : « quand un nombre croissant de très jeunes gens se tuent pour un trafic, un regard, un mot qui égratigne l’orgueil, est-ce que chacun ne devient pas un peu plus responsable de sa propre violence, de sa participation aux rapports agressifs entretenus dans cette ville ? »

Psychanalyse de groupe ? Règlement de compte entre confrères ? Ou découverte, brutale, de la réalité ?

Source : Chroniques de Mars – crédit photo : vandicla via Flickr (cc)

Voir aussi : Marseille est-elle maltraitée par les médias ?

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook