Numérique / papier : le match ne fait que commencer

Numérique / papier : le match ne fait que commencer

Numérique / papier : le match ne fait que commencer

Télécharger en PDF

« Que représentent aujourd’hui [les] ventes de journaux en ligne ? Peuvent-ils compenser les exemplaires perdus chaque année sur le papier ? » Ce sont les deux questions auxquelles le journaliste Erwann Gaucher répond, chiffres à l’appui, sur son site internet.

La réponse est claire : les journaux numériques se vendent mieux, mais ne représentent encore qu’un faible pourcentage du tirage global.

Ainsi, en 2012, les abonnements numériques ont doublé pour Libération et Le Figaro. Pour le premier, « la hausse du numérique compense quasiment la baisse du papier ». Mieux, Le Figaro est « l’un des seuls quotidiens nationaux à terminer l’année 2012 dans le vert », grâce à la progression des ventes numériques. Celles-ci sont cependant minimes, puisqu’elles ne représentent que 2,2% des ventes globales, pour 7,2% pour Libération et 8,2% pour Le Monde. Même constat pour Les Échos, La Croix, et L’Équipe. Le ParisienAujourd’hui en France et L’Humanité ont, en revanche, raté leur virage numérique, avec seulement 4 exemplaires numériques vendus par jour, pour le quotidien communiste !

Pour Erwann Gaucher, la cause est entendue. En 2013, « la plupart des quotidiens nationaux devraient assez nettement compenser grâce au numérique les pertes de ventes du papier ».

Source : erwanngaucher.com

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook