A la une
Noyales : Un maire contre la liberté de la presse ?

Noyales : Un maire contre la liberté de la presse ?

Télécharger en PDF

Le maire de Noyales, une petite commune de l’Aisne, veut-il empêcher les journalistes de faire leur travail ?

C’est en tout cas ce qu’il affirme clairement dans un communiqué alors que la mairie déplace le cimetière du village. « Les photos et reportages sur les travaux d’inhumations et de réhinumations sont totalement interdits », écrit Didier Colpin. Il est également interdit de « rester près des entrées ou des murs d’enceinte ».

Que cherche-t-on à cacher ? Les travaux d’inhumations se passent-ils dans les normes ? « Monsieur le maire décide du contenu de nos parutions. Parce que, évidemment, il n’était pas sans savoir que nous préparions un reportage sur le sujet. Alors, je veux rappeler cordialement à M. le maire de Noyales que, dans une démocratie qui fonctionne normalement, un élu n’a pas à valider ou interdire un reportage », écrit Samir Heddar, rédacteur en chef du journal L’Aisne Nouvelle. « On ne sait pas trop si on doit en rire, tellement l’arrêté municipal paru ce lundi est ridicule, ou si l’on doit s’indigner », ajoute-t-il.

Mardi, le journal a finalement publié son reportage – dans l’attente de poursuites ? Ce jeudi, il ajoute que le maire, mécontent de la présence de manifestants et journalistes, s’en est également pris à la gendarmerie

Crédit photo : capture d’écran site aisnenouvelle.fr

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook