Nice : Le Patriote meurt « les armes à la main »

Nice : Le Patriote meurt « les armes à la main »

Nice : Le Patriote meurt « les armes à la main »

Télécharger en PDF

Après presque 70 ans d’existence, l’hebdomadaire niçois Le Patriote a annoncé sa disparition suite à une liquidation judiciaire.

Le journal avait été fondé à Nice en 1944 par des résistants. De graves difficultés financières ont conduit le tribunal de commerce de Nice à mettre celui-ci en liquidation judiciaire avec cessation immédiate d’activité. Il employait six salariés. « Le Patriote était un autre regard sur la Côte d’Azur, une autre lecture de l’information depuis presque 70 ans. Avec sa disparition, c’est le pluralisme de la presse qui est attaqué une nouvelle fois », a regretté le rédacteur en chef, Julien Camy.

Dans sa dernière édition, composée en urgence, Le Patriote a donné la parole à ses soutiens de tous bords. « Nous avons essayé de mourir les armes à la main comme le journal était né, en 1944, dans la résistance », a poursuivi M. Camy.

Les recettes publicitaires de l’hebdomadaire étaient « sur une pente de diminution de l’ordre de 40% à 50% » selon Jack-André Closse, gérant de la SARL Le Patriote et directeur de la publication. « Or elles représentent près d’un tiers de nos recettes annuelles. Les raisons tiennent principalement (…) aux restrictions de budget des institutionnels », a-t-il condamné.

Pour la Fédération des Alpes-Maritimes du PCF, « une page (…) se tourne » pour les communistes de la région.

Voir aussi : La crise du marché publicitaire se poursuit

Photo en Une : capture d’écran site internet le-patriote.info

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook