Portrait : Éric Zemmour
Motion de défiance au Courrier de l’Ouest

Motion de défiance au Courrier de l’Ouest

Télécharger en PDF

Les motions de défiance sont, semble-t-il, devenues monnaie courante dans la presse écrite.

Ainsi, après les déboires de Libération et les tensions au Parisien-Aujourd’hui en France, c’est au tour de la rédaction du Courrier de l’Ouest de mettre en garde sa direction. Une motion de défiance signée par 78,5 % de la rédaction a été présentée mardi soir à la rédaction, apprend-t-on dans un communiqué du syndicat de journalistes SNJ. Celle-ci a été signée par les 79 journalistes de la rédaction, hors encadrement.

« Des représentants du personnel du Courrier de l’Ouest ont déposé une motion de défiance à la direction du journal, représentée ce mardi soir par Matthieu Fuchs, Jean-Paul Brunel et François Greffier », a indiqué le syndicat, précisant que « la direction n’a pas pris la mesure du texte (…) et a campé sur ses positions, réaffirmant ses choix en termes de moyens humains, de management et de ligne rédactionnelle ».

Pire : « la direction a confirmé le non-remplacement des journalistes partant à la retraite (15 dans les 3 à 4 ans) et justifié ses orientations actuelles. Au bout de deux heures et demie, la réunion s’est terminée sans aucune avancée. Les représentants du personnel ont quitté la salle. » Les journalistes réclamaient, entre autres, une remise en question des « orientations actuelles » données au journal par la direction, « tant en termes de moyens engagés, de management que de ligne rédactionnelle ».

« À ce stade, les journalistes en viennent à s’interroger également sur la contribution de notre titre au groupe SIPA (maison mère de Ouest-France, NDLR). Et l’avenir que celui-ci réserve au Courrier de l’Ouest », explique la motion.

Contactée par l’AFP le jour-même, la direction du quotidien régional n’a pas souhaité faire de commentaires.

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook