Minute : Taubira dramatise, l’hebdo satisfait du buzz

« Le Temps », ou le journalisme comme épouvantail https://t.co/WRdI4eWXPf #Suisse #LeTemps

Minute : Taubira dramatise, l'hebdo satisfait du buzz

Minute : Taubira dramatise, l’hebdo satisfait du buzz

Télécharger en PDF

Invitée pour s’exprimer sur la une de Minute qui a provoqué le scandale dans le journal télévisé de 20h de France 2, la ministre de la Justice Christiane Taubira a jugé, au cours d’un entretien plus que complaisant, que la une de l’hebdomadaire satirique de mercredi est « d’une extrême violence » et « dénie (son) appartenance à l’espèce humaine ». Rien que ça !

Mercredi, le parquet de Paris a ouvert une enquête pour injure publique à caractère racial, après que Jean-Marc Ayrault a saisi le procureur de la République, jugeant « révoltante » la fameuse une. L’enquête a été confiée à la brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP) de la police judiciaire parisienne. « Je voudrais d’abord dire ma solidarité totale, amicale et fraternelle à Christiane Taubira », a déclaré le Premier ministre lors de la séance des questions d’actualité à l’Assemblée nationale. « Ce matin, avec cette une lamentable, une parution comme celle-là, ce n’est pas de l’information, c’est une infraction qui appelle une sanction », a-t-il ajouté :

Coup médiatique

Comme SOS Racisme la veille, le MRAP a annoncé qu’il allait déposer une plainte pour injure raciste et provocation à la haine raciste contre l’hebdomadaire.

Au sein de sa rédaction, on se réjouit du coup médiatique : « vu le prix du spot publicitaire, la polémique nous arrange bien », confie un collaborateur. Aux Inrocks, un journaliste de Minute explique la genèse de cette une : « Durant le week-end, nous n’avions pas vraiment d’idées de couverture. On pensait faire notre une sur la guerre de 14-18 et puis finalement, l’un d’entre nous a proposé cette blague de comptoir sur Taubira. Ça a fait marrer tout le monde, on a alors décidé de la faire. » Quant aux actions judiciaires, elles ne le surprennent pas : « On se doutait que SOS Racisme porterait plainte, mais nous avons prévu le coup du point de vue judiciaire. Nous sommes difficilement condamnables.

I doing above ideopathic generic viagra wrinkles Rogaine the thats while.

»

Interrogé par l’AFP, Jean-Marie Molitor, le propriétaire et directeur de la publication de l’hebdomadaire, explique : « Nous ne sommes pas du tout racistes, cette une est de mauvais goût mais c’est de la satire, ce n’est pas un délit ». « Nous assumons cette une, il n’y a rien à regretter. c’est un jeu de mot horrible, du mauvais goût à l’état pur. Mais c’est un comique bien français, on dit bien malin comme un singe », continue-t-il. « Tous ces réactions des politiques sont un nuage de fumée. Cette montée au créneau de Jean-Marc Ayrault, du ministre de l’Intérieur… Cette hystérie collective me dépasse mais c’est une jolie publicité pour nous ». L’hebdomadaire prévoit de répondre à ses détracteurs en consacrant un numéro spécial à l’affaire lors de son prochain numéro.

Signe que la polémique ne le gène pas, l’hebdomadaire tweetait mardi : « L’offre bonnet rouge (un bonnet rouge offert pour tout nouvel abonnement, ndlr) cartonne ! La semaine prochaine : un abonnement acheté, une banane offerte ! ».

Du pain bénit pour Libé

Jeudi, la une du quotidien au propriétaire inconnu sonne l’alerte (« Assez ! »). Pour l’occasion, elle est « sans photo ». Tenter de mobiliser contre le racisme, voici une recette parmi d’autres pour tenter d’endiguer l’érosion de son lectorat.

Crédit photo : Parti socialiste via Flickr (cc)

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook