Mini scandale à Marie Claire

LUBOT

Mini scandale à Marie Claire

Télécharger en PDF

Le directeur général du groupe, Jean-Paul Lubot, s’est vu refuser un dîner gratuit (pour deux) qu’il sollicitait dans un restaurant parisien. M. Lubot n’a pas apprécié que le restaurateur « mal embouché » ne saisisse pas avec gratitude, comme les autres, cette « opportunité de mise en avant de (son) établissement dans un grand magazine », et l’échange de mels peu amènes entre les deux parties s’est retrouvé sur le blog Food Intelligence le 22 octobre. Les journalistes et la direction de Marie Claire se sont immédiatement désolidarisés du directeur général, craignant que cet incident ne jette le discrédit sur l’indépendance et l’objectivité de la rédaction ainsi que celles de Cuisine et vins de France et La revue des vins de France. M. Lubot, dont le bilan est plus que mitigé avec, notamment, le lancement raté de l’hebdomadaire Envy en 2010, a dû publier un communiqué reconnaissant que son attitude a été déplacée et « ne correspond absolument pas aux pratiques et aux valeurs de la rédaction de Marie Claire et des autres magazines du groupe ». La lectrice des articles que la presse féminine consacre aux thalassos, aux instituts de beauté et à la maroquinerie peut continuer à acheter en toute confiance. Il s’agirait, dit-on, bien d’enquêtes et non de publi-reportages déguisés.

L’échange de courriels :

De : « Carine DARMON »

Date : 19 oct. 2012 15:13


Objet : TR: Parution dans les pages « PARIS » du magazine Marie Claire du mois de janvier 2013 de votre établissement « Chez Vivant »

Cc : « Jean-Paul LUBOT »

Bonjour,

Nous avons le plaisir de vous annoncer que votre établissement a été sélectionné par le magazine Marie Claire pour figurer dans la rubrique «le Paris de Jean-Paul Lubot», Directeur Général délégué du Groupe Marie Claire et éditeur de Marie Claire. Ce sujet paraitra dans le numéro du mois de janvier 2013 dans les pages « Paris ».

Afin de mettre en valeur au mieux votre établissement, nos équipes vous enverrons un photographe. Celui-ci prendra contact avec vous dans les prochains jours afin de convenir d’un rendez-vous pour des prises de vues.

Jean-Paul Lubot connaît votre établissement mais souhaiterait venir à nouveau dans votre restaurant pour tester et échanger sur votre carte.

Pensez-vous qu’il soit possible de l’inviter pour un diner à votre convenance ? Il sera accompagné.

En vous remerciant,

De : « Pierre Jancou »

Date : 19 oct. 2012 18:23

Objet : Re: TR: Parution dans les pages « PARIS » du magazine Marie Claire du mois de janvier 2013 de votre établissement « Chez Vivant »

Je n’ai jamais invité un journaliste en 24 ans de carrière dans la restauration.

Votre démarche me semble louche et frauduleuse.

Cordialement,

Pierre Jancou

Vivant

De : « Jean-Paul LUBOT »

Date : 20 oct. 2012 21:18

Objet : Re: TR: Parution dans les pages « PARIS » du magazine Marie Claire du mois de janvier 2013 de votre établissement « Chez Vivant »

À : « vivant resa »

Bonsoir,

C’est une démarche extrêmement classique pour tester les cartes des restaurants, échanger avec vous et écrire les articles.

Marie Claire est le premier magazine féminin haut de gamme français (485 000ex / mois) et est reconnu pour son professionnalisme depuis plus de 50 ans. L’édition parisienne, dans laquelle vous étiez censé apparaitre, est diffusée a près de 100 000ex et touche près de 500 000 personnes habitant Paris et la région parisienne.

Vous avez le droit de refuser notre requête sans pour autant être insultant.

Nous en prenons bonne note, le regrettons et vous retirons de notre sélection.

Cordialement.

Jean-Paul LUBOT

Directeur General délégué

Groupe Marie Claire

De : « Pierre Jancou »

Date : 21 oct. 2012 12:06

Objet : Re: Leur réponse est délicieuse

Si Vous avez l’habitude de Vous faire inviter au restaurant Vous n’êtes pour moi absolument pas un journaliste gastro.

Continuez à vous occuper de mode ce sera mieux pour tout le monde.

Pierre Jancou

De : « Jean-Paul LUBOT »

Date : 21 oct. 2012 14:34

Objet : Re: Restaurant vivant

À : « vivant resa »

Je vois que vous n’avez absolument rien compris et que vous êtes définitivement désagréable.

Je n’ai jamais dit que j’étais journaliste gastro. Je suis l’éditeur de M Claire et DG du groupe (90 mags dans 35 pays). Tous les mois, nous faisons un « Paris by un membre de MC. Et c’est dans ce cadre qu’est intervenue notre démarche. Vous avez le droit de refuser sans être odieux.

Vous êtes le seul à réagir de la sorte… Et de manière aussi agressive. Les autres ont bien compris que c’était une opportunité de mise en avant de leur établissement dans un grand magazine. Et ils souhaitent naturellement organiser un moment de convivialité pour échanger…Vous n’avez rien compris et fait que confirmer votre pingrerie bien connue du milieu. Cet échange est désormais clos. Vous me faites perdre mon temps.

Cordialement

Jean-Paul LUBOT Directeur Général délégué Groupe Marie Claire

Les excuses de Jean-Paul Lubot :

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook