Médias : Le détecteur de mensonge du Washington Post

Médias : Le détecteur de mensonge du Washington Post

Médias : Le détecteur de mensonge du Washington Post

Télécharger en PDF

Le Washington Post est en train de mettre au point un logiciel innovant qui permettra de confronter la parole des hommes politiques aux faits réels.

Ce « détecteur de mensonge » en direct n’est pas encore opérationnel mais devrait l’être, espère-t-on dans l’équipe portant ce projet, pour les présidentielles en 2016. Interrogée par Libération, Cory Haik, la responsable du projet, considère que cet outil doit devenir un plus essentiel à la profession.

Pour l’instant, le prototype est loin d’être au point. Transformant les paroles en texte, il commet encore beaucoup d’erreurs, comme lorsqu’il transforme « drag on » en « dragon ». Mais Cory Haik reste optimiste. Aussi, autre travail d’envergure, l’alimentation d’une énorme base de données : « Un autre grand défi pour nous est de construire à partir des centaines d’articles ou de notes de blogs que nous produisons tous les jours une base de données de faits établis » qui permettront au logiciel de les confronter aux dires des politiciens.

Une tâche difficile et plus complexe qu’il n’y parait. « Nous ne prétendons pas apporter une réponse unique et globale à tous les débats, mais plutôt proposer un outil supplémentaire pour aider les gens à comprendre plus vite si quelqu’un ment ou pas », a-t-elle ajouté. Il est vrai que certaines questions sont beaucoup trop larges pour être estampillées « vraies » ou « fausses », c’est pourquoi la première mission de cet outil sera axée autour de la réforme fiscale, plus facile à traiter de la sorte.

Si le Washington Post a pu développer ce projet, c’est grâce à un financement de 50 000 $ en provenance de la Knight Foundation, qui finance des projets journalistiques innovants. Pour que celui-ci soit vraiment apte à traiter n’importe quel sujet et en direct, le coût devrait être multiplié par 10 au minimum.

Crédit photo : capture d’écran site www.knightfoundation.org

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook