Médias : France Culture veut sauver la presse écrite

Médias : France Culture veut sauver la presse écrite

Médias : France Culture veut sauver la presse écrite

Télécharger en PDF

À partir de la mi-mars, France Culture, sous l’impulsion de son directeur Olivier Poivre d’Arvor, organisera des journées « cause commune et antenne partagée ». À cette occasion, la station recevra dans ses rédactions des journalistes de presse écrite des grands quotidiens nationaux que sont Le Figaro, Le Parisien, Le Monde, La Croix, Libération et L’Humanité.

Interrogé par Le Figaro, le patron de la station a affiché son objectif : sauver la presse écrite. « L’idée est d’offrir aux six quotidiens nos 1,2 millions d’auditeurs, non négligeables, très prescripteurs et acheteurs de livres et de journaux. Ces quotidiens vont passer la journée avec nous, et nous serons dès la matinale dans les locaux de la rédaction du journal. Puis toute la journée, nous ferons entendre leurs journalistes et mélangerons nos équipes pour réaliser les revues de presse et les éditoriaux », a-t-il expliqué.

Et ce dernier de poursuivre, optimiste : « Au terme de cette opération, je voudrais qu’il y ait quelques dizaines de milliers de lecteurs supplémentaires par journal. Ce n’est pas impossible ! Nos auditeurs achètent des livres et des journaux de manière passionnée et compulsive. Ils sont très dynamiques et fidèles à l’écrit. »

Qu’est-ce qui pousse Olivier Poivre d’Arvor à cette « charité » envers la presse écrite ? Pour lui, « sans l’écrit, sans les quotidiens, sans leur travail d’analyse et de fond réalisé tous les jours, et pas seulement à travers les revues de presse que nous pouvons faire à la radio ou à la télévision, une partie de l’information ne passerait plus auprès du public. (…) Si le papier, les livres et les journaux sérieux qui font ce travail d’approfondissement disparaissent, c’est toute la chaîne des médias qui va mourir. Le jour où les quotidiens ne seront plus là, la radio, qui est un média qui va bien, ira beaucoup moins bien, car nos informations seront moins fouillées, nos experts seront moins repérés et les analyses seront moins présentes sur nos antennes. »

En sauvant la presse écrite, menacée, selon lui, par le numérique, Olivier Poivre d’Arvor estime sauver l’ensemble des médias, la radio y compris.

Crédit photo : capture d’écran vidéo Buzz Média Orange-Le Figaro.

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook