Marseille est-elle maltraitée par les médias ?

Marseille est-elle maltraitée par les médias ?

Marseille est-elle maltraitée par les médias ?

Télécharger en PDF

C’est ce que croit Jean-Claude Gaudin, le maire de la ville. Celui-ci n’est pas content de la façon dont les journalistes parlent de sa bonne ville « dans un grand nombre de médias et en particulier à la télévision ». Et pour le faire savoir, il n’a pas hésité à écrire au CSA.

« Depuis l’été dernier où des règlements de comptes se sont déroulés dans certaines cités HLM sur fond de trafic de drogue, écrit donc le maire de Marseille, la ville subit un procès à charge permanent ». « Marseille est toujours assimilée à la capitale du crime, là où règnent les meurtres à la kalachnikov ».

« Il existe une autre réalité marseillaise beaucoup plus positive qui, elle, n’est jamais mise en valeur », regrette l’élu. Il est vrai que cette année, Marseille est capitale européenne de la culture et que l’édile préfèrerait certainement qu’on parle, par exemple, de cet événement plutôt que des règlements de comptes entre truands et autres assassinats…

Ce n’est pas la première fois qu’un politique fait ainsi la leçon aux médias. Le maire de Marseille souhaite-t-il imposer un « quota d’information positive » ? On ne sait pas. Mais, ce qu’on sait, en revanche, c’est que, comme le note Renaud Revel, patron de la rubrique médias de L’Express, « ce ne sont pas les JT de 20 heures de TF1 ou de France 2 qui influeront sur la courbe du chômage ou sur le taux de criminalité de cette belle ville de Marseille ».

Source : L’Express – dessin : © Milady de Winter pour l’Ojim

Voir aussi : Un quota d’information positive ?

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook