Manif pour Tous : les photos de la police retouchées ?

Manif pour Tous : les photos de la police retouchées ?Manif pour Tous : les photos de la police retouchées ?

Manif pour Tous : les photos de la police retouchées ?

Télécharger en PDF

Les photographies aériennes de la « Manif pour tous » du 24 mars 2013 fournies par la Préfecture de Police suscitent toutes les passions.

Sur ces captures d’écran d’une mauvaise qualité et d’un format inhabituels, certaines zones laissent à suggérer que celles-ci ont été retouchées dans le but de minimiser le nombre de personnes dans la rue ce jour-là. Une vidéo circulant sur internet, réalisée par Tprod, montre le déroulement de l’enquête et en arrive à faire vérifier les images par un journaliste de l’AFP. Se servant d’un logiciel fiable de l’Agence pour constater les trucages, ce dernier en vient à confirmer d’éventuelles retouches.

En réaction à ces rumeurs, l’AFP a visionné ce mercredi 17 avril le film de la Préfecture de Police et a « conclu que les images aériennes de la manifestation du 24 mars mises à disposition par la préfecture de police de Paris n’avaient pas été manipulées ». Selon l’Agence, les zones floues sujettes à controverses seraient bien des arbres – ce que la vidéo de Tprod avançait déjà, portant le doute sur leur amplification.

Dimanche, la Préfecture de Police a démenti « falsification des photographies aériennes de la manifestation du 24 mars dernier mises en ligne par la préfecture de police », dénonçant des « rumeurs dans fondement ». Pourtant, ce lundi 22 avril, l’auteur de la vidéo de contestation des photos fournies par la Préfecture assure sur son compte Facebook n’avoir jamais eu accès aux photographies originales : « J’ai demandé à voir les clichés originaux des photos diffusées sur le site de PP. Pas possible. On ne sait pas où sont les originaux. Je vais donc voir un film compressé et rendu sur DVD à la PP le lendemain de la manif du 24 mars à 12 heures. »

Ce lundi encore, Frigide Barjot a annoncé dans le Talk du Figaro avoir déposé plainte contre Manuel Valls, le ministre de l’Intérieur, précisant que ses avocats bénévoles « réitèrent leur demande de visionnage de la bande originale filmée par l’hélicoptère de la préfecture le 24 mars ». L’affaire est loin d’être close.

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook