Dossier : tout savoir sur la formation des journalistes
Maïtena Biraben refuse de donner son salaire à Bayrou

Maïtena Biraben refuse de donner son salaire à Bayrou

Télécharger en PDF

Dimanche dernier, François Bayrou était l’invité de Maïtena Biraben dans le « Supplément sur Canal++.

L’homme politique s’est vu interrogé sur la retraite qu’il perçoit en tant qu’ancien député. Après avoir évoqué le chiffre « assez important » de 7 000 euros par mois, le président du Modem a, à son tour, interrogé la journaliste : « Et maintenant, vous allez me dire, vous, combien vous gagnez. » Refusant d’y répondre, celle-ci a rétorqué : « Mais, je ne pratique pas la transparence comme vous. Nous n’avons pas les mêmes devoirs quand on est en charge d’un suffrage universel. »

Et Mme Biraben d’ajouter : « Vous vous présentez devant le suffrage des Français. Il me semble légitime que je puisse vous poser des questions que vous ne pouvez pas forcément me retourner. » François Bayrou a alors répondu « que cette exigence de transparence d’un côté, et d’opacité de l’autre, ne correspond pas à la modernité dont on se réclame vous et moi ».

Sur son blog L’Express, Renaud Revel a estimé que « la désinvolture d’un Bayrou, considérant que son mode de rémunération vaut celui d’un journaliste ou de n’importe quel autre salarié d’une entreprise privée ou publique, est assez sidérante. Et elle en dit long sur le rapport qu’entretient une partie de la classe politique avec l’argent du contribuable. » « Le suffrage du téléspectateur n’est pas celui du citoyen », a-t-il ajouté.

Un épisode qui rappelle l’envolée de Nicolas Dupont-Aignan au « Grand Journal » en avril 2012. Le président de Debout la République avait alors posé la même question à Michel Denisot, estimant qu’il s’en mettait « plein les poches ». « Je sais pourquoi les Français ne lisent plus les journaux : ils vont sur Internet, parce que tous ces éditorialistes de bazar qui pondent toujours les mêmes articles, qui sont tellement coupés des réalités, qui gagnent un argent fou, ils croient connaître les Français mais ils ne (les) connaissent pas et on va s’en débarrasser un jour », avait-il lancé.

Crédit photo : alibaba0 via Flickr (cc)

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook