Anne-Sophie Lapix
LVMH entre au capital de Gallimard

LVMH entre au capital de Gallimard

Télécharger en PDF

Si le rachat de Flammarion par Gallimard l’année dernière a permis à la maison d’édition de devenir le troisième éditeur français, celle-ci a dû, pour compenser un endettement à court terme, accueillir un nouvel invité à sa table.

Il s’agit de LVMH, groupe centré sur le luxe et très peu présent dans l’édition, qui a profité de l’augmentation de capital de Gallimard pour prendre 9,5 % de celui-ci – on parle de 25 à 30 millions d’euros. « Avec le rachat de Flammarion, nous avions contracté une dette significative, de l’ordre de 200 millions d’euros. Nous avions une échéance courte, avec un taux d’intérêt plus élevé et qui devait être remboursée fin 2014, et une échéance plus longue. J’ai souhaité agir assez vite pour régler la question de l’échéance courte et ne pas être exposé à des risques d’endettement lourd », explique Antoine Gallimard, le PDG du groupe, aux Échos.

C’est au début de l’été que celui-ci s’est mis à chercher un investisseur. « Nous avons eu plusieurs contacts avec des investisseurs, essentiellement des groupes familiaux français, et mon choix s’est arrêté sur LVMH  », a-t-il fait part en précisant que Bernard Arnault entre ainsi « dans un secteur qui n’est pas le sien, même s’il a déjà investi dans des petites maisons d’édition » comme Arlea. « Je suis heureux qu’Antoine Gallimard ait choisi d’associer LVMH à l’avenir de son groupe. Nous partageons la même vision du développement de nos maisons fondée sur leur histoire prestigieuse, leur caractère familial et le talent des équipes qui les animent », a, de son côté, déclaré Bernard Arnault.

La collaboration devrait bien se passer, la prise de participation maximum de LVMH étant fixée à 15 %. Car Antoine Gallimard redoute par-dessus tout de se retrouver minoritaire. Par ailleurs, Antoine Arnault, le fils de Bernard Arnault, siégera au conseil d’administration de Madrigall, la société holding qui coiffe Gallimard et Flammarion. Les deux nouveaux associés auront pour mission de faire face à un marché du livre difficile qui devrait présenter une baisse de 2 % à 3 % cette année.

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook