Portrait : Jean-Jacques Bourdin, le pape cévenol de la « talk-radio »
L’immigration à l’honneur pour les « Bobards d’Or 2013 »

Bobards d’Or 2013 : et le gagnant est…

Télécharger en PDF

La 4ème cérémonie des Bobards d’Or, organisée par l’Institut Polémia, s’est déroulée ce mardi 19 mars en présence d’une assistance de 250 personnes qui, dans une ambiance joyeuse, ont voté pour les plus grands bobards de l’année écoulée, après une première sélection opérée au préalable par les internautes. Verdict.

Le Bobard d’Or 2013 est attribué à « l’expert » Philippe Manière

Le Bobard d’Or 2013 est attribué à « l’expert » Philippe Manière

Le Bobard d’Or 2013 est attribué à « l’expert » Philippe Manière « pour le bobard professoral, pour avoir osé affirmer de manière péremptoire : « Nos flux migratoires en France sont extrêmement ténus » alors qu’il entre en France de l’ordre de 200 000 étrangers supplémentaires par an ».

Le Bobard d’Argent a été attribué au journaliste de Ouest-France, et correspondant du Monde, Serge Le Luyer pour avoir, relatant un fait divers, changé le prénom d’un collégien meurtrier, de Souleymane en Vladimir. « Ou l’art de faire d’une pierre deux coups : on cache l’origine musulmane du meurtrier, on diabolise le prénom du « méchant » président Poutine. »

Le Bobard de Bronze revient à Jean-Jacques Bourdin (BFMTV/RMC) pour avoir dit que l’immigration était plus importante en 1931 qu’aujourd’hui, comparant les Italiens aux Algériens.

Le jury a remis un Prix Spécial, « Mouton d’Or » à « l’ensemble des médias » pour leur traitement de l’affaire Mohamed Merah. « Présenté avant sa découverte par la police comme « blanc, blond, aux yeux bleu », puis après sa neutralisation comme un « Français de Toulouse, un gentil garçon, au visage d’ange ». »

Enfin, prix exceptionnel lié à l’actualité brûlante, Patrick Cohen a reçu une « Muselière d’Or » pour avoir reproché à Frédéric Taddeï (« Ce soir (ou jamais !) ») d’inviter des « cerveaux malades » et avoir répondu « non » à la question : « on peut quand même penser ce qu’on veut ? »

Une cérémonie bien garnie et bien représentative des préoccupations du moment et de l’orientation prise par les médias. La Fondation Polémia nous donne rendez-vous l’année prochaine !

Crédit photo : Bobards d’Or / Polémia

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook