Libération : Demorand quitte son poste

Après moult protestations, tensions et motions de défiance, Nicolas Demorand a mis fin, officiellement, au cumul de ses deux postes à Libération selon le vœu du conseil de surveillance qui s’est déroulé mercredi 19 juin.

Libération : Demorand sur la sellette

Libération : Demorand quitte son poste

Télécharger en PDF

Après moult protestations, tensions et motions de défiance, Nicolas Demorand a mis fin, officiellement, au cumul de ses deux postes à Libération selon le vœu du conseil de surveillance qui s’est déroulé mercredi 19 juin.

Ce dernier occupait en effet, depuis son arrivée – et comme son prédécesseur Laurent Joffrin –, les postes de directeur de la rédaction et de la publication, ce qu’interdisent les statuts du journal. Il avait déjà lâché les manettes mi-avril, la modification est désormais officielle.

« Le calme est revenu depuis, a relevé un journaliste à Télérama. Nicolas Demorand va désormais s’occuper essentiellement de la stratégie et des développements du journal. C’est très bien comme ça. » Un autre constate : « Il n’a jamais été très présent mais depuis deux mois, on ne le voit quasiment plus. C’est marrant, il a l’air serein, comme soulagé. Il va s’occuper des forums, et débats… Ça, il sait très bien faire. »

Fabrice Rousselot, 49 ans, lui a donc officiellement succédé à la tête de la rédaction. Nicolas Demorand reste président du directoire, mais n’aura plus de pouvoir de décision sur les unes et autres évènements du journal. Il avait essuyé plusieurs motions de défiance et s’était mis à dos la majorité de la rédaction, qui le trouvait trop autoritaire, peu collectif et arrogant. Sans parler des unes racoleuses de ces derniers mois, avec notamment celle qui faisait état de rumeurs sur le prétendu compte en Suisse de Laurent Fabius. « Une faute professionnelle grave », avait alors dénoncé la SCPL.

Les actionnaires, Édouard de Rothschild et Bruno Ledoux, lui ont tout de même renouvelé leur « confiance ».

Fabrice Rousselot, un ancien de la rédaction, aura néanmoins du pain sur la planche, en pleine crise publicitaire et alors que les ventes du quotidien ont baissé de 40 % en à peine un an.

Lire le portrait que l’Ojim a consacré à Nicolas Demorand

Photo © Matthieu Riegler, CC-BY

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook