Libé : une provoc’ à 700 000 balles

Libé : une provoc' à 700 000 balles

Libé : une provoc’ à 700 000 balles

Télécharger en PDF

L’équilibre financier de Libération (atteint en 2010 et 2011) pourrait être compromis cette année.

En effet, selon Le Monde, la Une du 10 septembre sur Bernard Arnault (« Casse-toi, riche con ! ») pourrait faire perdre 700 000 euros de recettes publicitaires au quotidien du Baron Édouard de Rothschild.

La faute, on s’en doute, au retrait immédiat des opérations publicitaires prévus d’ici la fin de l’année par les sociétés du groupe LVMH (- 150 000 euros). Mais pas seulement : d’autres entreprises du monde du luxe ont décidé, par solidarité avec Bernard Arnault, de ne plus annoncer dans Libération, rapporte le quotidien du soir qui cite « des sources internes ».

Libération s’est quand même payé le luxe de paraître mardi 11 septembre avec un gros encart publicitaire Yves Saint Laurent, une marque du groupe PPR, concurrent de LVMH. Il était « programmé de longue date », a fait savoir François-Henri Pinault, son propriétaire.

Le même jour, Renaud Revel, le « M. Médias » de L’Express, évoquait une perte de 500 000 euros de recettes publicitaires pour Libé. Un montant revu à la hausse par Le Monde du 13 septembre, donc…

De janvier à août 2012, le groupe LVMH aurait, selon Yacast, dépensé 405 000 euros (une somme qui ne tient pas compte des remises commerciales) pour promouvoir ses marques Dior et Givenchy dans les pages de Libé, soit 1,5% du portefeuille publicitaire total du quotidien et 20% du supplément culturel Next, croit savoir Marc Baudrier, journaliste à Challenges.

Seule consolation pour Libération, ses ventes : elles ont augmenté ce jour-là de 27% par rapport à leur moyenne alors que la diffusion du titre (comme la pagination publicitaire) est en forte baisse depuis l’élection présidentielle…

Crédit photo : DR.

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook