Présentation du nouvel actionnariat de Libération

Libé : un pot de départ par jour

Télécharger en PDF

Depuis la reprise du quotidien par Bruno Ledoux et Patrick Drahi et l’ouverture d’une clause de cession (les journalistes peuvent quitter le titre dans des conditions avantageuses), Libération connaît « presque un pot de départ par jour » selon le mot d’un journaliste de la rédaction.

Une vingtaine de plumes historiques ont en effet décidé de quitter le navire, d’après Le Monde. Gérard Lefort (critique cinéma depuis le début des années 1980), Bayon (critique rock depuis 1980) et le chroniqueur Pierre Marcelle (accessoirement ancien militant du Parti communiste internationaliste avec Cambadélis) sont ainsi sur le départ.

De quoi changer l’ADN de Libé ? Ce qui est certain, c’est que l’on assiste à la fin de la génération des « historiques » (Lefort, Bayon et Marcelle sont nés respectivement en 1952, 1951 et 1952). « Ça va être dur pour ceux qui partent. Mais ce sera le cas aussi pour ceux qui restent, car on ne fera plus le même journal », résume un journaliste.

Ces vingt départs ne sont pourtant pas assez pour la direction du journal qui en espérait une cinquantaine, de quoi réaliser 5 millions d’économies sur la masse salariale (le journal devrait perdre entre 8 et 10 millions d’euros en 2014). La clause de cession reste donc ouverte jusqu’au 30 novembre, de quoi laisser encore un peu de temps à ceux qui hésitent…

Voir aussi : Libération, infographie

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook