Élection de Trump : les médias polonais entre hystérie et compréhension
L'hebdomadaire Marianne en cessation de paiement

L’hebdomadaire Marianne en cessation de paiement

Télécharger en PDF

Rien ne va plus pour Marianne. Alors que l’hebdomadaire, en pleine forme sous le mandat de Nicolas Sarkozy, souffre depuis l’arrivée de la gauche au pouvoir, les derniers mois ont été particulièrement rudes.

Comme l’annonce La Correspondance de la Presse, le titre s’est déclaré en cessation de paiement fin décembre. Jeudi 5 janvier, le tribunal de commerce de Paris doit ainsi statuer sur la situation de l’hebdomadaire, qui devrait être mis en redressement judiciaire avec poursuite de l’activité, assorti d’une période d’observation de 6 mois.

Si Marianne avait atteint l’équilibre d’exploitation en 2014, le magazine avait perdu 300 000 euros en exploitation en 2015, pour une perte nette de 1,35 million d’euros. Une perte similaire devrait être enregistrée pour l’année 2016. Pourtant, l’hebdomadaire avait vu ses aides publiques augmenter en 2015 avec 250 000 euros annuels, et s’était vu attribuer 450 000 euros par le Fonds stratégique pour le développement de la presse (financé par Google) pour un projet numérique.

Pas de quoi échapper longtemps à ses démons : sur les neufs premiers mois de 2016, la diffusion France payée a baissé de 8,3 % et le chiffre d’affaires publicitaire de 25 % sur l’année. Ainsi, au même titre que L’Express, L’Obs, ou encore Le Point, Marianne va mal. Si le titre avait pu limiter la casse grâce à son positionnement républicain laïc engagé et à ses couvertures offensives, l’arrivée au printemps 2016 de Renaud Dély à la tête de la rédaction (en lieu et place de Joseph Macé-Scaron) a sonné l’heure d’une ligne plus modérée… et moins efficace. Pour ne rien arranger, l’hebdomadaire, qui avait fait de l’anti-sarkozysme sa spécialité, a vu son bouc-émissaire favori éliminé de la Primaire de la droite et du centre…

Durant la période d’observation, Yves de Chaisemartin, président et actionnaire principal, va mettre donc en place un plan de redressement, augmenter le prix de vente de 3,50 à 4 euros… et espérer que la campagne des présidentielles lui vienne en aide. En attendant, ce dernier a annoncé le lancement d’un « tout nouveau site » pour ce début d’année et a fait part de sa volonté de développer les abonnements numériques.

S’il se refuse à tout départ contraint (et même volontaire), M. de Chaisemartin n’exclut pas de négocier des ruptures conventionnelles. Pour l’heure, reste que les salaires du mois de décembre, tout comme le treizième mois, n’ont toujours pas été versés. Selon nos informations, la direction avait pourtant promis à ses salariés, dans un mail interne daté du 23 décembre, que « les salaires de décembre y compris le 13e mois sont assurés ». Une promesse qui pour le moment n’a pas été tenue. Lundi, face à des salariés « pétrifiés », Yves de Chaisemartin les a réunis pour tenter des les rassurer, affirmant que ce retard permettait de « sauver le journal ».

Au final, c’est sans salaire que la rédaction a dû passer les fêtes… avec le sentiment amer de passer en dernier dans l’ordre des priorités de la direction.

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook