L’Express veut « réinventer la fonction du news magazine »

L’Express veut « réinventer la fonction du news magazine »

L’Express veut « réinventer la fonction du news magazine »

Télécharger en PDF

À l’occasion de son 60ème anniversaire, qui aura lieu dans une quinzaine de jours, le magazine L’Express change sa formule.

« À quoi sert un news dans un monde où les informations arrivent en permanence sur Internet, les smartphones, à la télévision…? Le round up de l’actualité est mort. Des besoins disparaissent mais d’autres émergent. Par exemple, des analyses plus approfondies et des débats », a commenté le directeur de la rédaction de L’Express, Christophe Barbier (voir portrait publié ce jour). Car le magazine fondé en 1953 veut « réinventer la fonction du news magazine » en supprimant certaines rubriques et en s’axant sur le traitement approfondi des sujets.

« Il n’y aura plus de pages rubriquées mais des sujets. Nous continuerons de nous intéresser à tous les sujets, de la culture à l’économie, mais nous sélectionnerons avec encore plus d’exigence les sujets », poursuit Christophe Barbier.

« En lisant L’Express, vous aurez une hiérarchisation de l’information, un approfondissement et un engagement éditorial », promet le groupe de presse belge Roularta, qui détient le magazine. Ce dernier souhaite « créer et anticiper l’actualité à venir et qui va compter ». La une du magazine se concentrera désormais sur un seul sujet, traité sur 10 à 12 pages.

Les applications pour mobiles et tablettes sont également revues, et une nouvelle chaîne vidéo va être lancée. Enfin, L’Express Connect, qui se veut le « symbole de la convergence entre le site Web et le magazine », permettra de scanner une page du magazine papier avec son téléphone pour avoir accès à des vidéos, diaporamas, et autres compléments.

Cette opération sera soutenue par une campagne de publicité de 2 millions d’euros.

Crédit photo : Ojim (cc)

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook