Les salariés des journaux de Tapie réclament la vente des titres

Bernard Tapie, GHM, La Provence, Nice Matin, Var Matin, PQR

Les salariés des journaux de Tapie réclament la vente des titres

Télécharger en PDF

La justice envisage la saisie judiciaire de la participation que détient Bernard Tapie dans le Groupe Hersant Médias (GHM), propriétaire de La Provence, Nice Matin et Var Matin. Les syndicats s’inquiètent et appellent à une vente des titres.

« Messieurs les juges Tournaire et Daïeff, n’y voyez aucune entrave au libre cours de la justice. Saisissez tous les biens personnels que vous voudrez (…) Mais, par pitié, n’hypothéquez pas l’avenir de ces deux entreprises en prenant des mesures conservatoires qui n’ont qu’un intérêt médiatique ! », a supplié dans un communiqué l’intersyndicale de Nice-Matin.

Et celle-ci de poursuivre : « Saisir les parts de Bernard Tapie dans GHM, c’est condamner l’ensemble de ce groupe de presse à un immobilisme financier qui va conduire nos titres, en pleine mutation, tout droit à la liquidation judiciaire. »

Les salariés réclament même la vente des titres détenus par Bernard Tapie et Philippe Hersant : « Laissez au moins l’opportunité à nos actionnaires de nous vendre ! Oui, nous vendre ! M. Tapie vous voilà empêché judiciairement. M. Hersant vous êtes également visé par une enquête préliminaire et, depuis belle lurette déjà, en incapacité financière. Or, nos titres ont aujourd’hui un besoin urgent d’investir pour ne pas sombrer. Alors, Messieurs nos coactionnaires, prenez vos responsabilités : à moins que vous soyez, contre toute attente, en mesure d’investir 25 millions d’euros de cash dans Nice-Matin et autant dans La Provence, vendez-nous très vite ! »

Du côté de La Provence, on s’inquiète également. « Même s’il [Bernard Tapie, ndlr] reste aux commandes il est fort probable que ses projets de développement tombent dans l’eau du port », a déploré un journaliste. Le principal intéressé l’a d’ailleurs confirmé ce mercredi : « Si je voulais faire des investissements, je ne le pourrais plus ».

Crédit photo : capture d’écran vidéo Europe1

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook