Les quotidiens écossais en phase terminale ?

@Causeur : "France Inter aux Français !" https://t.co/DUBTZGnK9a

Les quotidiens écossais en phase terminale ?

Les quotidiens écossais en phase terminale ?

Télécharger en PDF

Le quotidien écossais « de référence » – The Scotsman, basé à Édimbourg – a rehaussé son prix de vente pour la deuxième fois cette année. De 85 pence l’an dernier, le prix est passé à 1 livre en janvier, puis à 1,10 livres ce mois-ci.

Cette décision, que d’aucuns qualifient de suicidaire, a été prise pour tenter de compenser le déclin constant des ventes du journal – un déclin qui n’a été brièvement stoppé qu’à l’occasion des Jeux Olympiques de Londres. Une étude toute récente a révélé que le site du journal avait désormais plus de lecteurs que le journal papier.

La situation n’est guère meilleure à 50 miles de là, à Glasgow. Le Herald, fondé en 1783, ce qui en fait un des plus vieux quotidiens de Grande-Bretagne, est également menacé. Plus que la survie immédiate de ces titres phares de la vie écossaise, ce qui est en cause c’est leur capacité à tenir leur rang auprès des grands titres londoniens, tout en couvrant les affaires écossaises de manière approfondie. Un paradoxe à l’heure où l’Écosse a confirmé son choix de mettre à sa tête le leader du Scottish National Party et où la question de l’indépendance est évoquée de plus en plus ouvertement.

Source : holdthefrontpage.co.uk

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.


Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook